Les États-Unis et le monde de la doctrine de Monroe à la création de l’ONU (1823-1945)
Vous êtes ici : Clio-prépas Histoire Sujets des concours d’entrée aux ENS

Session 2018 du concours d’entrée aux Écoles normales supérieures de la Rue d’Ulm et LSH Lyon

Les États-Unis et le monde de la doctrine de Monroe à la création de l’ONU (1823-1945)

Programme commun d’Histoire contemporaine - épreuve écrite Khâgne Littéraire A/L

Guillaume Lévêque
mercredi 7 juin 2017

Illustration : La doctrine Monroe (caricature par Louis Dalrymple, 1905)

Présentation du programme commun d’Histoire contemporaine - Classe de Première Supérieure (concours des ENS Ulm et LSH Lyon) :

« De la « doctrine de Monroe » (1823), qui affirme, en contrepartie de la neutralité américaine dans les affaires européennes, le refus de toute intervention européenne sur le continent américain, aux lendemains de la Deuxième Guerre mondiale (1945), l’attitude des États-Unis et des Américains à l’égard du monde extérieur est classiquement décrite comme un balancement entre isolationnisme et interventionnisme, ouverture et repli. La nouvelle grande puissance américaine a cependant assumé ses responsabilités dans les deux guerres mondiales et dans la construction d’un ordre mondial, incarné par l’ONU après l’échec de la SDN, tandis que, pendant toute la période, des migrations massives venant d’Europe et d’Asie, et dans une moindre mesure d’Amérique latine, alimentaient la montée en puissance de l’économie américaine et substituaient à la représentation d’une nation fondamentalement anglo-saxonne et protestante, la réalité d’une population multiculturelle et multiraciale – héritée pour partie de l’esclavage – mettant à l’épreuve l’image du melting-pot.
Au XIXe siècle, l’expansion continentale des États-Unis, justifiée par l’idée d’une « destinée manifeste », se fait au détriment du Mexique, des possessions britanniques et des populations amérindiennes. Dès les années 1840 cependant, l’immigration irlandaise et allemande déclenche des phénomènes de nativisme (Know Nothing) et de rejet des étrangers, qui s’intensifient avec l’arrivée dans les années 1880-1910 d’autres ruraux pauvres et peu qualifiés, Italiens, Slaves et Scandinaves fuyant la misère pour trouver du travail dans les métropoles industrielles des États-Unis. Assimilationnistes et nativistes désireux de fermer les frontières (Chinese Exclusion Act, 1882) s’affrontent sur les politiques migratoires. La diffusion des thèses racistes dans la population atteint des sommets autour de la Première guerre mondiale. La montée d’une vision hiérarchisée des peuples se manifeste aussi à l’extérieur. L’internationalisme égalitaire de la doctrine de Monroe, a perdu du terrain face à des impérialistes américains persuadés de devoir porter le « fardeau de l’homme blanc ». La guerre de 1898 et la victoire sur l’Espagne marquent le basculement des États-Unis dans l’impérialisme, qu’on a aussi pu interpréter comme une conséquence de la fin de la frontière (1890). [...] Le corollaire de Théodore Roosevelt à la doctrine de Monroe affirme la vocation de cette puissance émergente à dominer et contrôler le continent américain. L’annexion des Philippines les introduit dans le jeu des puissances européennes en Chine, au nom de la doctrine de la « porte ouverte », appliquée dès 1854 au Japon, tandis que la mise sous tutelle de Cuba et la prise en charge du canal de Panama symbolisent le poids croissant des États-Unis en Amérique centrale. Le développement du tournant des XIXe et XXe siècles fait déjà des États-Unis la première économie du monde.
L’intervention tardive dans la Première Guerre mondiale confère aux États-Unis un rôle nouveau de puissance d’autant plus dominante que l’Europe est diminuée et endettée. Le grand remplacement des capitaux britanniques par des capitaux américains en Amérique latine ouvre un siècle de domination du sous-continent par son puissant voisin du Nord. Les propositions du Président Wilson inspirent le règlement de la paix et font émerger une première forme d’ordre international, mais l’intervention dans la guerre civile russe marque aussi un premier pas vers le statut de gendarme du monde, garant de l’ordre capitaliste. Le désastre de la Première Guerre mondiale a cependant provoqué une méfiance profonde à l’égard de tout engagement extérieur, en particulier avec l’Europe, et l’aventure tourne court. Les États-Unis prospères des années 1920 s’engagent tout de même dans le règlement de la question financière (dettes alliées, réparations allemandes), poursuivent une diplomatie du désarmement et de la paix (Pacte Briand-Kellog) et étendent leur influence culturelle (Hollywood et le début du soft power), ce qui nuance l’idée d’un repli isolationniste, illustré par le rejet de la SDN et par la politique des quotas contre les immigrants jugés inassimilables [...]. Les intrusions dans le pré carré latino-américain se multiplient, particulièrement au Mexique et en Amérique centrale, et les États-Unis manifestent un intérêt grandissant pour la Chine et la zone Pacifique. L’expansionnisme économique se développe, à travers l’action des grandes compagnies américaines en Amérique latine et au Moyen-Orient [...].
L’isolationnisme politique se prolonge en apparence à l’époque de la Grande Dépression et du New Deal, mais l’échec évident du modèle américain des années 1920 suscite un intérêt nouveau pour les expériences politiques et sociales européennes de la part des hommes de Roosevelt [...]. L’isolationnisme, encore majoritaire dans le population (Comité Nye), s’effrite avec la montée des périls en Europe qui conduit à vendre des armes à la Grande-Bretagne et à la France, puis, après Pearl Harbour, laisse place à l’aide économique et matérielle aux alliés anglais et russes et à l’engagement militaire. La guerre apporte une révolution dans la mentalité américaine face au monde. Des millions de soldats sont venus au contact de sociétés étrangères sur quatre continents, et l’idée d’un nécessaire leadership mondial américain s’impose après-guerre. [...] Dans l’immédiat après-guerre, l’Amérique porte la création de l’Organisation des Nations Unies, et met son écrasante domination économique au service de la reconstruction. [...] Le triomphe de 1945 et l’emploi de la bombe atomique marquent également la fin du complexe d’infériorité culturel et scientifique des élites américaines à l’égard de l’Europe, et l’affirmation de la suprématie économique mondiale du pays.

On s’attachera à cerner et interroger les catégories – isolationnisme et interventionnisme, mais aussi nativisme et américanisation, subversion étrangère et melting pot, égalitarisme anticolonialiste et white supremacy – et à examiner les expériences historiques à travers lesquelles les Américains ont construit leur perception de la spécificité de leur nation et de son rapport au monde, à en inventorier les fondements culturels et les usages politiques, et à en pointer les ambiguïtés, les limites et les évolutions. On mettra l’accent sur le cadre politique, démographique et économique de la question, sur les orientations de la diplomatie, sur les dimensions économiques, financières et culturelles de la puissance américaine, sur les objectifs, les moyens et les limites des politiques migratoires, ainsi que sur les questions stratégiques, mais on n’entrera pas dans le détail des opérations de guerre ni dans celui de la vie politique intérieure. »

Indications extraites de la notice de présentation du programme sur le site de l’ENS Ulm. La version intégrale de ce texte est téléchargeable ici :
http://www.ens.fr/sites/default/files/Cadrage%20histoire%20BEL_0.pdf
Elle comporte une orientation bibliographique.

Recensions de la Cliothèque portant sur des ouvrages utilisables pour l’étude de ce programme :

- Usuels et synthèse de référence :

Christian Birebent :

Pierre Melandri et Serge Ricard (dir.) :

Serge Ricard :

- Des angles thématiques :

Nicolas Bernard :

Magali Bessone :

Denis Lacorne et Justin Vaïsse (dir.) :

Adhérer aux Clionautes

Ressources documentaires consultables en ligne :

Immigration et « Américanité » :

Jean-Claude Chesnais :

Bénédicte Deschamps :

Claude Fohlen :

Annick Foucrier :

Emmanuelle Le Texier :

Pierre Mélandri :

Olivier Richomme :

Les États-Unis puissance interventionniste :

Lionel Davidas :

Frederick R. Dickinson :

  • À l’aube d’un siècle Pacifique : les États-Unis et le Japon durant la Première Guerre mondiale (2016)
  • http://ebisu.revues.org/1853

Armelle Enders :

Marie-Christine Granjon :

Fredj Maatoug :

L’expansionnisme économique américain :

Georges Fischer :

Pierre Gilhodès :

Gérard Marie Henry :

Jean-Claude Maillard :

Leslie F. Manigat :

L’émergence du soft power américain :

Jacques Portes :

Hélène Trocmé :

Compte-rendus bibliographiques :

Denise Artaud :

René Ochs :

Jacques Vernant :

François Weil :

Adhérer aux Clionautes

Par Guillaume Lévêque

Clio Prépas 2018

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Clio Prépas.

Hébergement Clio Prépas par