Afghanistan – et après ?

À quelques jours de la chute de Kaboul aux aux mains des talibans, et parce que nombreux sont les candidats au concours des ESP qui ont servi sur cette terre, un tel sujet s’imposait.

Le texte support est rédigé par le rédacteur en chef de la revue conflits, Jean-Baptiste Noé, un ami des Clionautes avec lequel nous entretenons, depuis des années, des relations cordiales et chaleureuses.

On trouvera ci-dessous différents éléments complémentaires, en plus du corrigé auxquel les candidats accéderont une fois le sujet restitué, et après le cours à distance, plusieurs articles et références critiques que l’on ne saurait trop conseiller d’examiner avec attention.

Les jurys connaissent le parcours des candidats, leurs différentes affectations, et la période 2001 – 2014, a vu passer de nombreux personnels de nos armées sur ce théâtre d’opérations. La tentation serait grande de questionner les candidats sur leur perception actuelle de la situation, compte tenu de leur expérience.

AfghanistanOn me permettra une notification personnelle. Chargé du cours de relations internationales pour la filière lettres de l’école militaire interarmes, j’ai toujours des liens très forts avec certains officiers de la 52e promotion, qui porte ce nom lourd de sens : « Ceux d’Afghanistan ». Cet insigne que je reproduis sur cette page m’accompagne toujours. je ne le porte évidemment pas ! Il a encore plus de sens aujourd’hui à mes yeux.

Et j’invite ceux là, non militaires, qui découvriraient cet article au hasard d’une navigation sur Internet, à exprimer une pensée pour les 89 soldats français tombés sur cette terre.

 

 

le sujet :

Afghanistan, encore une fois

Jean-Baptiste Noé – Publié le 17/08/21

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.