Câbles sous-marins – Quelques jours après le début de la guerre d’invasion menée par la fédération de Russie contre l’Ukraine, le quotidien Ouest-France publiait cet article.

La Russie peut-elle vraiment priver l’Europe d’internet en coupant les câbles sous-marins ?

La publication initiale était datée d’octobre 2021.

Si la Russie coupe les câbles sous-marins, l’Europe peut perdre son accès à Internet
Publié: 21 octobre 2021, 23:11 CEST

Par Serge BESANGER, professeur à l’ESCE International Business School, Inseec U Research Center, Omnes Education

On fera ici la part des choses, compte tenu du contexte, mais nul ne peut ignorer que la mise à disposition du réseau de satellites Starlink par Elon Musk joue un rôle évident dans la capacité des forces ukrainiennes à résister, ainsi qu’à communiquer sa perception du conflit. L’information, nul ne peut l’oublier est un théâtre d’opérations à part entière.

Ukraine : Elon Musk active ses satellites Starlink pour apporter Internet aux zones frappées par les assauts de l’armée russe

On proposera donc un sujet d’analyse de texte qui traite des câbles sous-marins. Posés pour certains à la fin du XIXe siècle, ils ont permis d’installer des lignes téléphoniques intercontinentales, et avec le passage de l’analogique au numérique, permettent d’alimenter des flux de données en croissance permanente.

Cette réflexion sur les câbles sous-marins montre que dans la guerre qui se conduit dans le cyberespace, et qui amène les forces armées à développer des capacités spécifiques, on trouve toujours à la base de la couche informationnelle, de la couche logicielle, l’infrastructure matérielle qui permet d’alimenter ces dernières.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.