Un navire battant pavillon luxembourgeois, or le Grand Duché de Luxembourg n’a pas d’accès à la mer… © John Haslam CC by 2.0

Document numéro 5 : The Times – Londres 6/04/2017
Ces bateaux fantômes qui passent sous le radar européen.
Avant d’entrer dans les eaux européennes, de nombreux navires éteignent leur système d’identification pendant des heures, voire des jours. Des manœuvres suspectes qui attirent l’attention des autorités maritimes. Mais les moyens manquent pour démanteler les éventuels trafics.
Niché à un mille nautique d’une île minuscule des Hébrides [ouest de l’Écosse], cet énorme cargo frigorifique conçu pour stocker de grandes quantités de poisson ne devait vraiment pas être à sa place à côté des petits bateaux de pêche qui parsèment ce petit coin de l’Atlantique. Mais il y a plus à dire à son sujet : ce bâtiment battant pavillon chypriote en était à l’avant-dernière escale d’un parcours vraiment suspect.
Pendant trois ans, il a circulé principalement entre le nord de l’Europe et l’Afrique de l’Ouest, mais, à la mi-janvier, il a dévié de son itinéraire pour se rendre en Ukraine avant de gagner la Méditerranée. Ensuite, alors qu’il faisait route vers Gibraltar, il a désactivé son système de géolocalisation à plusieurs reprises pendant douze jours, selon Windward, une société israélienne qui analyse le trafic maritime.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.