Sujet qui est sorti l’an passé, sous une autre forme, à partir d’un article de presse, « Sentinelle » suscite toujours autant de débats, y compris au sein de l’institution militaire.
D’où l’intérêt de cette lettre du RETEX, qui montre comment la mission a pu être dynamisée, et notamment au niveau du commandement d’une compagnie, voire d’une section.
On pourra s’intéresser à une réflexion sur ce sujet pour les oraux d’admission.

Dynamisation de sentinelle – Reprendre l’initiative : dissuader l’adversaire

Reprendre l’initiative : dissuader l’adversaire

Depuis le mois de septembre, l’essentiel des troupes engagées ne monte plus la garde devant un site particulier, en permanence ou à horaires fixes. Les commandants d’unité ont reçu une mission de contrôle de secteur. Après une étude fine des implications de la mission et du terrain, qui prend autant en compte ses caractéristiques propres que les contraintes de l’échelon supérieur — présence imposée à certains endroits selon certaines fréquences — sa mise en œuvre se fait par le déploiement permanent d’effectifs en patrouille. Ces derniers circulent de façon aléatoire, dans les zones qui leur sont attribuées. La dissuasion est devenue l’objectif : il s’agit de décourager un assaillant potentiel en lui faisant comprendre qu’à chaque instant, une patrouille peut surgir ; et qu’en cas d’attaque, la présence des militaires à proximité garantit une réponse très rapide et de toute façon plus puissante qu’une simple patrouille de police. L’ennemi vite fixé, les dégâts seraient minimisés.

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.