équilibre européen

Si dans les volumes précédents, l’histoire des relations internationales entre 1648 et 1815 a été marquée par des confrontations entre puissances liées et opposées par des facteurs dynastiques et religieux, la période ouverte par le Congrès de Vienne est bien celle de la recherche d’un équilibre européen permettant de limiter les prétentions françaises, de maintenir les ambitions russes et d’assurer au Royaume-Uni sa suprématie océanique.

Table des matières

Introduction générale

Si dans les volumes précédents, l’histoire des relations internationales entre 1648 et 1815 a été marquée par des confrontations entre puissances liées et opposées par des facteurs dynastiques et religieux, la période ouverte par le Congrès de Vienne est bien celle de la recherche d’un équilibre européen permettant de limiter les prétentions françaises, de maintenir les ambitions russes et d’assurer au Royaume-Uni sa suprématie océanique.

Ce qui se met en place à Vienne, lors de ce congrès qui réunit diplomates et têtes couronnées, c’est bien ce concert européen dans lequel les peuples commencent à faire entendre des airs discordants. En effet, la Révolution française qui a porté l’idée de Nation sur tous les champs de bataille a ouvert une période nouvelle, celle de l’irruption des nationalismes comme facteur des relations internationales. La période 1820 – 1850 est marquée en effet par des révolutions nationales et libérales qui ne sont pas toujours victorieuses mais qui créent des situations nouvelles. Les relations entre États sont ainsi modifiées par ces mouvements qui parviennent dans de multiples situations à redessiner la carte de l’Europe. Un seul exemple : 15 ans après le Congrès de Vienne, la naissance de la Belgique fait apparaître un nouvel État qui remet en cause les fondements de la politique britannique qui s’opposait à « ce pistolet braqué sur l’Angleterre. »

De la même façon, l’indépendance de la Grèce vient remettre en cause l’expansion toujours redoutée de l’Empire ottoman, même si des reculs successifs los des périodes précédentes avaient fait apparaître des signes de fragilité.

Par ailleurs, au-delà de l’ Europe, les mouvements d’indépendance des colonies d’Amérique Latine, viennent affaiblir durablement l’Espagne et le Portugal, désormais ramenés, surtout pour l’Espagne au rang de puissance de second ordre. La France qui s’est engagée dans une expansion coloniale, de façon sans doute hasardeuse en Algérie, a mené avec constance, moins de 5 ans après le Congrès de Vienne une politique de retour dans le concert européen qui ne va pas sans inquiéter les autres puissances. Cette politique reste constante sous la Restauration, la Monarchie de Juillet, la Seconde République et le Second Empire.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

Bruno Modica

Professeur agrégé d’histoire
chargé de cours en relations internationales

Introduction générale 4

Chapitre 1 5

Le congrès de Vienne et la formation
d’un équilibre européen (1815-1820)

1. Reconstruire l’Europe bouleversée 5

1A. Le contexte politique 5

1B. La naissance d’un espace politique européen 6

2. Le bilan 8

Chapitre 2 10

Peuples et aspirations nationales
(1820-1850)

1. Les forces profondes 10

1A. Le climat intellectuel 10

1B. Les balbutiements du mouvement des
nationalités 12

2. Les premières contestations de l’ordre établi 13

2A. Le retour de la France 13

2B. Nouvelles tensions en Europe 13

Chapitre 3 20

Le printemps des peuples et ses
répercussions internationales

1. Le printemps des peuples 20

1A. Les prémisses 20

1B. L’embrasement 21

1C. Le reflux 22

2. Le retour des Empereurs 23

2A. Nicolas 1er, le gendarme autocrate 23

2B. Le « cas allemand » 27

Chapitre 4 25

L’ordre européen : le temps des -remises en cause de la Crimée à Sedan (1853-1870)

1. La guerre de Crimée (1853-1856) et la fin
de l’Europe du Concert 27

1A. Les intérêts des puissances 27

1B. Les opérations militaires 28

1C. Le bilan 28

2. La politique étrangère européenne du
second empire 30

2A. À la recherche du Concert Européen 30

2B. Le temps des crises 31

2C Du rêve européen à l’échec impérial 32

3. L’Unité italienne 33

3A. Les pressions françaises 33

3B. La marche vers l’Unité italienne 34

4. L’Unité allemande : de Sadowa à Sedan 35

4A. Bismarck, l’artisan de l’Unité 35

4B. La guerre austro-prussienne 36

4C. Les conséquences de Sadowa 36

5. La guerre franco-prusienne 39

5A. La préparation diplomatique 39

5B. La guerre de 1870 40

Chronologie 454445