Beaucoup d’éléments utiles pour cette semaine 16, 27e jour de confinement. Beaucoup mettent à profit ce temps contraint pour avancer dans leurs préparations diverses en se donnant les moyens de disposer de fond pour les différentes épreuves des concours et examens de l’armée de terre auxquels ils vont être confrontés.

Pour cette semaine 16 l’accent aura été mis sur des lignes de force qu’il faudra envisager dans les mois et les années qui viennent. Toute l’actualité ne peut pas tourner autour de la pandémie, même s’il convient de s’intéresser de près à ses différents conséquences. Nos armées ne sont d’ailleurs pas épargnées, et on pense aux marins du Charles-de-Gaulle confronté lui aussi au Covid 19.

On trouvera ici des références à la cyber guerre, aux enjeux énergétiques en Méditerranée orientale, à la place de la Turquie dans ce qui peut très clairement déclencher un conflit, d’autant que les règles de délimitation des espaces maritimes prévus par la convention de Montego Bay de 1982, ne s’appliquent pas dans la grande bleue.

Quelques références également sur la situation dans la bande de sahélo-sahélienne avec le changement d’orientation du Tchad qui affirme vouloir quitter les théâtres d’opérations extérieurs dans la lutte contre le Djihadisme.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

20200409 Sahel: d’où viennent les armes et les munitions? +++

Capturé sur : http://www.rfi.fr/fr/afrique/20200409-sahel-do%C3%B9-viennent-les-armes-et-les-munitions

Au Sahel, 95% des fusils d’assaut utilisés par des groupes armés sont des Kalachnikovs. Getty Images/Patrick Llewelyn-Davies

Qu’il s’agisse de terrorisme, d’insurrections ou de banditisme, l’Afrique de l’Ouest et le Sahel en particulier sont confrontés à la présence de nombreuses armes et munitions en circulation qui menacent la sécurité. D’où viennent ces armes ? Comment les groupes armés, qui ne font pas partie des forces nationales et internationales, se dotent en armements et en munitions dans le contexte actuel ? Réponses avec le chercheur Georges Berghezan.


20200409 Comment la Chine tire les ficelles de l’Organisation mondiale de la santé 

Capturé sur : https://www.lefigaro.fr/international/comment-la-chine-tire-les-ficelles-de-l-organisation-mondiale-de-la-sante-20200409?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov3

ENQUÊTE – Profitant du retrait américain vis-à-vis du système multilatéral, la Chine pousse ses pions et ses candidats aux postes stratégiques pour imposer ses normes.

 


20200410 Le Tchad va cesser de participer à des opérations antijihadistes hors du pays 

Capturé sur : https://www.lefigaro.fr/flash-actu/le-tchad-va-cesser-de-participer-a-des-operations-antijihadistes-hors-du-pays-20200410?utm_source=app&utm_medium=sms&utm_campaign=fr.playsoft.lefigarov3

L’armée tchadienne, engagée dans la lutte antijihadiste au Sahel et autour du Lac Tchad, va cesser de participer à des opérations militaires en dehors de ses frontières, a déclaré le président Idriss Déby Itno dans un reportage diffusé vendredi par la télévision nationale.


20200408 Thomas Gomart : « La crise due au coronavirus est la première d’un monde post-américain » 

Capturé sur : https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/04/08/thomas-gomart-la-crise-due-au-coronavirus-est-la-premiere-d-un-monde-post-americain_6035934_3232.html

Thomas Gomart, directeur de l’Institut français des relations internationales, analyse la nouvelle donne géopolitique créée par une pandémie qui accélère des mutations déjà en cours.

 


20200408 Le Covid-19 pourrait faire chuter le commerce mondial de 32% en 2020 

Capturé sur : https://www.lefigaro.fr/conjoncture/en-2020-la-crise-des-echanges-commerciaux-devrait-depasser-celle-de-2008-20200408

Confinement oblige, les échanges de marchandises devraient se contracter cette année, de 13% à 32% selon les dernières estimations, encore incertaines, de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).


20200408 En Sibérie, le mystérieux centre «Vektor» sur la piste d’un vaccin 

Capturé sur : https://www.lefigaro.fr/international/en-siberie-le-mysterieux-centre-vektor-sur-la-piste-d-un-vaccin-20200408 Par Alain Barluet

RÉCIT – La Russie possède un laboratoire ultrasécurisé, conçu pour la guerre bactériologique.


20190515 Le prochain gazoduc d’Azerbaïdjan ne garantirait pas l’indépendance de l’Union Européenne vis-à-vis de la Russie – Western Armenia TV

Capturé sur : http://westernarmeniatv.com/fr/44699/le-prochain-gazoduc-dazerbaidjan-ne-garantirait-pas-lindependance-de-lunion-europeenne-vis-a-vis-de-la-russie

Selon le site d’information Regnum, https://regnum.ru/news/economy/2629109.html

 

Selon le site d’information Regnum, https://regnum.ru/news/economy/2629109.html


20191223 Comment la Russie assoit sa puissance sur les gazoducs 

Capturé sur : https://www.courrierinternational.com/grand-format/le-monde-en-cartes-comment-la-russie-assoit-sa-puissance-sur-les-gazoducs

Entre la fin de 2019 et mi-2020, l’entrée en fonction de trois nouveaux grands gazoducs vers l’étranger doit renforcer la position dominante de la Russie sur le marché mondial du gaz.

…la prolongation du transit du gaz russe vers l’Europe via l’Ukraine, Moscou peut se réjouir de l’inauguration, le 8 janvier 2020, du gazoduc Turkish stream.

Comme toujours, les enjeux liés aux pipelines sont profondément stratégiques.

Trois gazoducs russes sont entrés, ou vont entrer, en fonction en 2019 et 2020 : Nord Stream 2, pour les livraisons de gaz en direction de l’Europe occidentale, Turkish Stream, en direction de la Turquie, Force de Sibérie, en direction de la Chine…magazine analytique russe Expert, “les analystes sont convaincus que ces trois projets apporteront à la Russie des profits économiques et politiques à long terme”.

  • L’Europe et le gaz russe…l’Europe ne veut pas dépendre trop du gaz russe. Le volume de consommation de gaz de l’Europe au cours des dernières années oscillait entre 510 et 530 milliards de mètres cubes par an. Outre la Russie, les pays qui l’approvisionnent sont la Libye, le Qatar, l’Algérie, le Nigeria. La part du gaz russe représente 34 % de ce volume.

 

  • Gazprom est la plus grande compagnie énergétique de Russie. Elle a été fondée en 1989, et 50 % de son capital est détenu par l’État. Spécialiste de l’extraction, du traitement et du transport du gaz, elle contrôle 17 % des réserves de gaz mondiales, 72 % des réserves russes et le plus grand système de gazoducs au monde, soit 172 000 kilomètres. Elle livre du gaz dans 30 pays, emploie 466 000 personnes et son chiffre d’affaires s’élève à 118 milliards de dollars pour 2018. Gazprom est aussi un acteur majeur sur le marché mondial du pétrole…véritable arme géopolitique…

Nord Stream 2, en direction de l’Europe occidentale

Nord Stream 2 double le gazoduc Nord Stream mis en fonctionnement en 2011. Il traverse les eaux territoriales de quatre États – la Finlande, la Suède, le Danemark et l’Allemagne – et contourne l’Ukraine…Sa mise en fonction est prévue pour la mi-2020.

…le gouvernement allemand a exigé de Moscou la garantie que l’Ukraine reste un pays de transit. Le transit du gaz russe rapporte en effet à ce pays environ 2 milliards de dollars par an, alors que les recettes du budget de l’État s’élèvent entre 25 et 28 milliards de dollars.

…La société Gazprom s’est engagée à verser 2,9 milliards de dollars à son homologue ukrainienne, Naftogaz…L’accord de transit porte sur cinq ans et devrait être ratifié avant le 29 décembre.

  • Sanctions américaines. Le 11 décembre, à Washington, la Chambre des représentants a adopté à une large majorité un train de sanctions contre les groupes de l’énergie qui ont participé au financement du projet : Royal Dutch Shell (Angleterre – Pays-Bas), OMV (Autriche), Wintershall et Uniper (Allemagne) et Engie pour la France. Une attitude américaine qui s’inscrit dans le climat de guerre froide actuelle entre les États-Unis et la Russie, mais aussi dans le climat de guerre économique mondiale.

Comme le souligne le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, les Américains prétendent s’inquiéter de la trop grande dépendance au gaz russe de l’Allemagne et de l’Europe, mais “en réalité beaucoup à Washington ne veulent pas que Moscou bénéficie de cette manne”, et l’Amérique “préférerait vendre son propre gaz (de schiste et liquéfié, plus cher et plus polluant) à l’Europe”.

Turkish Stream, en direction de la Turquie et de l’Europe du Sud-Est

Les excellentes relations entre la Turquie et la Russie sont à nouveau scellées avec l’inauguration par Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan à Istanbul, le 8 janvier 2020, du gazoduc Turkish Stream…

…environ 1 100 kilomètres, relie le sud de la Russie à la partie européenne de la Turquie en passant sous la mer Noire. Il fera de la Turquie un hub gazier et permettra d’augmenter la fourniture en gaz de l’Europe du Sud. Il comprend deux tronçons d’une capacité annuelle cumulée de 31,5 milliards de mètres cubes : l’un, déjà terminé, dessert les consommateurs turcs, l’autre desservira à partir de 2020 la Serbie et la Bulgarie, puis la Hongrie en 2021 et la Slovaquie en 2022.

Force de Sibérie, en direction de la Chine

Lancé le 2 décembre par les présidents russe et chinois…le gazoduc de 2 200 kilomètres qui relie le gisement de Tchaïanda, dans le sud de la Iakoutie, à la frontière chinoise, où il passe sous le lit du fleuve Amour. Le point de passage entre les deux pays se trouve au niveau des villes de Blagovechtchensk et de Heihe, respectivement russe et chinoise.

Ce gazoduc, parmi les plus longs du monde, atteindra 3 000 kilomètres avec ses prolongements : vers l’ouest, côté russe, mais aussi vers l’est pour déboucher sur l’océan Pacifique, et côté chinois jusqu’à Shanghai.

Selon le quotidien Kommersant“La rentabilité du gazoduc pour Gazprom est pour l’heure très difficile à évaluer”

Un Force de Sibérie 2 en projet. Le Kremlin affiche plus d’optimisme dans ce domaine. “Ce gazoduc est non seulement important pour la Russie et la Chine, mais il contribuera également au développement des pays de la région Asie-Pacifique”, a déclaré le porte-parole de Vladimir Poutine, Dmitri Peskov…c’est pourquoi la Russie et la Chine mènent d’ores et déjà des pourparlers pour la construction de Force de Sibérie 2.


20200324 La Méditerranée orientale, un eldorado gazier très convoité 

« Par JM Morel »

Capturé sur : https://orientxxi.info/magazine/la-mediterranee-orientale-un-eldorado-gazier-tres-convoite,3695

Au début des années 2000, la découverte d’importantes ressources gazières dans le sous-sol de l’est de la Méditerranée a déclenché des convoitises de la part des pays qui la bordent.

…en 1999, découverte du champ gazier de Noa au large d’Israël et découverte successive des gisements Mari-B, Dalit, Tamar, Tanin et Léviathan — tous situés dans la zone économique exclusive,(ZEE) revendiquée par Israël.

Turquie retour au MO Grand Atlas 2019

ZEE : d’après le droit de la mer, une ZEE est un espace maritime sur lequel un État côtier exerce des droits souverains en matière d’exploration et d’usage des ressources. S’étend à partir de la ligne de base de l’État jusqu’à 200 milles marins (370,4 km) de ses côtes au maximum, au-delà il s’agit des eaux internationales.

À lui seul, Léviathan contiendrait 18 milliards de milliards de m3 de gaz et son exploitation suffirait à fournir l’électricité nécessaire à Israël pour les trente prochaines années.

(À LIRE POUR COMPRENDRE LA CHRONOLOGIE

20151014 Chronologie _ pourquoi le gisement Gaza Marine n’a-t-il pas produit de gaz_Middle East Eye édition française)

En 1999, la compagnie British Gas Group découvre le gisement de Gaza Marine (situé entre 17 et 21 milles nautiques au large de la côte de Gaza)

Gaza Marine, un gisement offshore, avait été considéré comme un élément majeur vers l’autonomie énergétique palestinienne.

British Gas Group (BG Group), la Consolidated Contractors Company (CCC) la plus grande entreprise de construction du Proche-Orient, ainsi qu’un fonds souverain palestinien, ne sont pas parvenus à mener à bien le projet, en grande partie à cause des obstacles soulevés par Israël qui n’avait plus besoin de cette hypothèse, ses propres ressources lui suffisant.

En avril 2013, le Liban a lui aussi lancé des appels d’offres pour l’exploitation de blocs exploratoires dans sa ZEE. Les eaux libanaises détiennent près de 25 milliards de milliards de m3 de réserves. Mais les tensions avec Israël mettent en jeu les champs de Tamar et du Léviathan théoriquement situés au sein de la ZEE israélienne.

Pour ce qui est de la Syrie, en raison de la guerre, l’exploration de ses eaux territoriales est pour le moment suspendue.

L’Égypte a un partenariat avec l’Italien ENI. Celui-ci a déclaré avoir trouvé le plus grand gisement de gaz naturel offshore jamais découvert en Méditerranée, Zohr. Il représenterait un potentiel de 850 milliards de m3 de gaz et permettrait de répondre aux besoins de l’Égypte en gaz naturel pendant au moins une décennie.

Les géologues estiment que le bassin levantin, une zone extracôtière adjacente aux eaux territoriales égyptiennes et qui borde le littoral de la Syrie, de la Turquie, du Liban, d’Israël, des territoires palestiniens occupés et de Chypre, pourrait contenir au moins 3 454 milliards de m3 de gaz naturel, soit quatre fois plus que dans le seul gisement Zohr.

(Carte carte_gaz_med_A_Stienne 280218)

Petite île du bassin levantin d’environ 9 000 km2, Chypre, après l’intervention militaire turque de 1974, est séparée par la ligne verte dite « ligne Attila » entre la République chypriote au sud (61 % du territoire) et la République turque de Chypre au nord.

L’élection présidentielle est prévue en octobre 2020.

Soit les Chypriotes turcs valideront l’idée que la partie turque de l’île, selon Ankara, est le « bébé » de la Turquie et que celle-ci est sa « mère », vision du premier ministre, Ersin Tatar, soutenu par la Turquie, soit ils se rallieront à la vision de la réunification de l’île, telle que l’envisage le président candidat Mustafa Akıncı. 

Akıncı a réitéré son appel à une identité commune de l’île et, après sa réunification, à son entrée totale dans l’UE.

S’il obtenait gain de cause, il restreindrait considérablement les possibilités de la Turquie d’accéder à la manne gazière qui environne l’île ; une manne estimée à 5 765 milliards de m3.

La République de Chypre avec le gisement gazier dit d’Aphrodite, découvert en 2011 par la compagnie américaine Noble Energy a des réserves estimées à 7 milliards de milliards de m3, soit des recettes de plus de 8 milliards d’euros sur 18 ans.

Par ailleurs, les autorités chypriotes grecques ont attribué des blocs d’exploration à l’Italien ENI, à la société sud-coréenne Korean Gas Corporation (Kogas) ainsi qu’à l’entreprise française Total. Une autre découverte très prometteuse est celle du puits Aphrodite-2, du côté israélien de la frontière maritime avec Chypre.

En 2018, ces deux pays, rejoints par la Grèce et l’Italie, soutenus par les États-Unis, se sont entendus sur le projet EastMed afin de construire un gazoduc de 2 200 km qui acheminerait le gaz israélien vers la Grèce et l’Italie, puis vers l’Europe. Il devrait aussi connecter les puits du Léviathan et Aphrodite, respectivement les plus gros gisements d’Israël et de Chypre.

…la Russie et la Turquie ont déjà ouvert un « contre-feu » en inaugurant le 8 janvier 2020 le gazoduc TurkStream long de plus de 900 km qui acheminera en Turquie puis en Europe du gaz russe…

Ankara s’inquiète également du rôle accru des Américains.

…en janvier 2019, les gouvernements chypriote, égyptien, grec, israélien, italien, jordanien et palestinien avaient décidé de constituer un « Forum du gaz en Méditerranée orientale » (EMFG) de façon à contrôler l’émergence d’un marché du gaz dans la région. La Turquie, le Liban et la Syrie n’avaient pas été invités à participer au forum.

…en juillet 2019, l’EMFG accueillait parmi les pays fondateurs les États-Unis…dans le même temps, l’UE apportait son soutien à la Grèce et à Chypre face à la Turquie…

…le président du Parlement turc, Binali Yıldırım, avertissait que « les grandes entreprises qui effectuent des recherches doivent connaître leurs limites […] La Turquie répondra à toutes les tentatives menaçant ses intérêts légitimes en Méditerranée orientale et les droits de la République turque de Chypre du Nord…

…En février 2018, la Turquie a réagi en envoyant des navires de guerre pour empêcher l’entreprise ENI de forer au large de la côte chypriote. Puis, quelques mois après, elle a dépêché, protégé par des bâtiments de guerre, un navire de forage…

…se portant aux côtés de la République de Chypre dans ses différends territoriaux et énergétiques avec la Turquie, le Congrès américain a levé en décembre 2019 un embargo datant de 1987 sur la vente d’armes à Nicosie et a condamné Ankara pour ses activités de forage au large de l’île…

…Nicosie a fait l’acquisition de quatre drones israéliens (50 000 dollars pièce, soit 47 000 euros) ; ceux-ci doivent permettre à la République de Chypre d’améliorer la surveillance de sa zone économique exclusive…

D’après leur fabricant israélien Aeronautics Group, ces drones sont parmi les plus performants de leur catégorie — sans doute à l’égal de leurs homologues turc, les Bayraktar Tactical UAS.

Pour la Turquie, ce dossier est d’une grande importance. Depuis 2013, le gaz est la première ressource énergétique consommée en Turquie. La multitude des îles grecques à quelques encablures de son propre littoral est un handicap pour qu’elle puisse définir une vaste ZEE.

Afin de contrebalancer cette faiblesse, la Turquie met en avant sa présence dans la partie nord de Chypre — y compris en envoyant des troupes supplémentaires — et s’est portée au secours du gouvernement d’entente nationale (GNA) libyen et de son président, Fayez Al-Sarraj aux prises avec les troupes du maréchal Khalifa Haftar…

La détermination d’Ankara à modifier la zone économique exclusive libyenne à son avantage tient à la richesse du sous-sol (importants gisements gaziers).

Les Grecs et les Chypriotes grecs, forts de l’appui de Washington et de deux voix au sein de l’UE n’ont pas eu de difficultés pour obtenir le soutien de cette dernière contre la Turquie. Des sanctions financières ont été prises par le Conseil européen…l’aide à la préadhésion de la Turquie (IPA), d’une valeur de 800 millions d’euros, et de 9 milliards entre 2007 et 2020 sera réexaminée pour 2020.

Le 27 janvier 2020, Emmanuel Macron a assuré la Grèce de son soutien et de l’envoi prochain de bâtiments de la marine nationale en Méditerranée orientale…

…le ministre grec de la défense Nikos Panagiotopoulos a déclaré que les forces armées « examinaient tous les scénarios, y compris celui d’un engagement militaire ».

La Grèce et la Turquie étant toutes les deux membres de l’Alliance atlantique, un conflit reste peu probable… mais dans ce domaine, dans une situation où Erdogan entend s’imposer dans la région, une gesticulation militaire n’est peut-être pas à exclure, avec des risques réels de dérapage.

CYBERGUERRE – LA GUERRE EST DÉCLARÉE

Page 6 sur 6

 

Cyberguerre_cela fait froid dans le dos_DI3


 

20200409 Cybermenaces un risque croissant_souligné GA 2019