Les affrontements Indo – pakistanais

Ce sujet est en référence directe avec l’actualité immédiate, et même s’il faut prendre le maximum de précautions, rien n’interdit à un jury d’oral de poser des questions à ce propos. Cela ne concerne pas forcément la zone d’influence traditionnelle de l’armée française, on s’en doute un peu, mais il s’agit d’un exemple tout de même assez intéressant d’affrontement qui oppose deux états issus de la décolonisation de l’empire britannique, et qui dure depuis très exactement depuis 1948, la même date que le début du conflit israélo-arabe.

Des affrontements limités ont lieu, échanges de tirs, parfois d’artillerie, mais pour la première fois depuis 1972, des avions de combat se sont opposés dans des duels aériens.

Il convient également de rappeler que l’Inde et le Pakistan sont des puissances nucléaires. Cela doit être considéré comme pouvant avoir un effet modérateur, puisqu’il faut éviter l’irréparable, mais la question bien entendu se pose à propos du Pakistan, pour savoir quel est le degré de contrôle que le pouvoir politique exerce sur l’armée pakistanaise, et sur sa composante qui détient les codes nucléaires.

Ce type de sujet peut être décliné de différentes manières.

Dans le cadre d’un concours sur titres, cela peut être une question sur : « parlez-moi du conflit Indo pakistanais ? », Ou encore : « que savez-vous du cachemire (Kashmir) ? ».

Pour le concours sur épreuves, cela peut se présenter autrement : « la question du cachemire dans l’opposition Indo pakistanaise ? », Ou encore, « l’opposition entre l’Inde et le Pakistan.»

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.