Cet article peut servir de point d’appui à un sujet d’épreuve écrite pour les ESP. Il est également précieux pour comprendre le phénomène djihadiste dans le contexte actuel. Pour les personnels militaires engagés dans l’OPINT « Sentinelle », cela permet aussi d’appréhender le contexte dans lequel certaines groupes peuvent être amenés à intervenir. (Cibles « molles » dans les banlieues sensibles comme les établissements scolaires, lieux de culte.)

L’urbain djihadogène

La structure urbaine joue un rôle significatif dans le processus de radicalisation djihadiste, c’est la thèse qui sous-tend l’analyse proposée par cet article. L’auteur nous propose une plongée au coeur des caractéristiques urbaines à l’origine de ces phénomènes de radicalisation djihadiste, exposant leurs aspects objectifs et subjectifs. La typologie détaillée de ces caractéristiques met en exergue un modèle urbain européen du djihadisme où se conjuguent effet “réseaux” et effet “ghetto”, et où le fondamentalisme (voire le djihadisme pour une infime minorité) peut devenir une identité de rechange pour une jeunesse en proie à un malaise identitaire profond et/ou en quête de sens.

L’article a été adapté pour servir de support à un sujet pour le concours des majors, avec un questionnement spécifique. La proposition de corrigé sera ensuite disponible sous 15 jours

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.