À l’aide de trois articles de presse, vous élaborerez une note dressant un inventaire des problématiques posées par la question  des réfugiés en France.

Cet exercice a été proposé est adapté pour une durée de deux heures, il comporte donc moins de documents que pour l’épreuve en temps réel. L’objectif est d’évaluer la capacité de rédaction de chacun des candidats, et leur connaissance de la méthode de la note de synthèse.

Les articles de presse sont datés de juin 2018, d’août 2015 et de juillet 2018. Les documents de support sont issus du Figaro et du Monde.

La note de synthèse doit effectivement apporter une information rapide et organisée qui réponde à la commande explicite du sujet.

La première des pistes à prendre en compte et de bien comprendre qu’il s’agit de présenter les problématiques, ce qui exclut de faire une deuxième partie sur les perspectives ou les propositions. Cela ne peut être abordé que dans quelques lignes faisant office de conclusion.

Pour les quelques éléments de méthode,

l’introduction doit présenter le thème de la note de façon très rapide, avec une contextualisation.

Le sujet incite à élaborer une typologie, c’est-à-dire un classement organisé des différentes problématiques abordées par les auteurs des articles de presse.

C’est le cœur de la note qui doit consister à proposer au lecteur, au destinataire de la note, une information par définition « synthétique ». Cela signifie que l’on ne peut, sauf cas exceptionnel tous les exemples qui sont abordés par les journalistes rédacteurs. (Dans ce cas précis, celui des mineurs et de la radiographie osseuse).

Les éléments du sujet et les pistes de correction se trouvent en accès réservé.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.