Ukraine, une pomme de discorde avec l’Europe occidentale

Tribune de l’OTAN

Une Ukraine indépendante et souveraine est essentielle à la sécurité euro-atlantique
Florian Encke 08 juillet 2020

Les actions agressives de la Russie à l’encon  tre de l’Ukraine ont gravement compromis la sécurité euro-atlantique. L’Ukraine collabore de manière constructive à la recherche d’une solution au conflit. Il demeure toutefois essentiel, pour que les relations entre l’OTAN et ces deux pays se normalisent, que la Russie reconnaisse la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de son voisin. En l’absence de gestes significatifs de sa part, l’allègement des sanctions nuirait à la crédibilité de l’Occident et pourrait déstabiliser davantage l’Ukraine.
Six années se sont écoulées depuis que la Russie a annexé, illégalement, la Crimée, qui fait partie intégrante du territoire ukrainien. C’était alors la première fois en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale qu’un pays cherchait à modifier des frontières par la force. Après cette atteinte flagrante au droit international, la Russie s’est employée à déstabiliser l’est de l’Ukraine, où elle a aidé les rebelles à faire la guerre aux forces ukrainiennes et a envoyé ses propres troupes. En réaction à cela, l’OTAN a montré qu’elle était fermement attachée à la souveraineté et à l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Elle a engagé le plus grand renforcement de sa défense collective depuis la fin de la Guerre froide, et elle a suspendu sa coopération avec la Russie, tout en restant ouverte au dialogue. Les capitales occidentales ont par ailleurs imposé des sanctions à Moscou.

Mais cette méthode est-elle encore la bonne ?

Géopolitique de la Russie de Vladimir Poutine

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.