La Géographie Terres des Hommes, numéro spécial : « les énergies marines », n° 1553 avril-mai-juin 2014
Introduction (par Jean-Robert PITTE)

Pour l’auteur (très libéral, connu pour ses prises de position controversées quand il était président de Paris IV), il ne faut pas jeter « l’anathème sur les énergies non renouvelables dont nous connaissons les inconvénients, mais dont nous savons qu’elles sont aujourd’hui indispensables à l’ensemble des activités humaines ». Attention à ne pas tomber dans un manichéisme. Certes il faut protéger la mer (raréfaction des espèces marines, 6e continent de plastique) mais dans d’autres régions de la planète, la mer est en voie de totale dépollution, les marées noires s’espacent… La mer est un inépuisable gisement de ressources énergétiques renouvelables.

I- Mers et littoraux face aux perspectives des énergies marines renouvelables (Alain Miossec)
« Les énergies marines renouvelables : un présent discret, un avenir durable… mais balbutiant ».
La France n’est pas la plus mal placée dans la prise en compte des énergies marines mais retard et réserves. Océan, d’un point de vue des énergies marines est un front pionnier qui ramène à une dimension souvent mise en cause chez les géographes, celle d’une forme de déterminisme naturel, à presque toutes les échelles.

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.