Résumé de conférence tenue le 26 avril 2017 par Fabrice JCK ( Jonckheere) – Médiathèque A Malraux. Béziers. Un développement des thèmes est accessible en mode identifié.
Dans les décennies qui viennent, les routes maritimes arctiques, bloquées par les glaces la majeure partie de l’année, s’ouvriront peut être sous l’effet du changement climatique. Chaque pays cherchera alors à tirer de cette situation inédite un atout économique et politique Si la fonte des glaces se confirme, la route de l’Arctique se transformera t’elle donc en Eldorado de la mondialisation ?
« Sous le point de vue politique nos possessions d’Alaska ont une importance tout à fait secondaire ». C’est par ces mots qu’en 1860 l’ambassadeur russe aux Etats Unis enjoint son souverain le Tsar à vendre cette terre, à ses yeux sans aucun intérêt pour son pays.
150 ans plus tard, la vision que les États ont de l’Arctique a radicalement changé. Le Grand Nord est devenu un enjeu économique et politique de premier plan. Les régions polaires du Nord ont même fait ces dernières années une entrée remarquée sur la scène géopolitique.
De toutes parts, ce phénomène suscite interrogations et extrapolations. En effet, les routes maritimes du Grand Nord, traditionnellement bloquées par les glaces vont peut être dans deux ou trois décennies, s’ouvrir. Permettront ont elles donc l’exploitation des richesses de l’Arctique ?
Se transformeront elles en Eldorado de la mondialisation ?

I.Délimiter pour définir. L’Arctique, qu’est ce que c’est ?

« Arctique, grand Nord, pôle » : on compte autant de termes pour désigner la zone que de réalités qui lui sont rattachées. Quatre définitions principales permettent cependant d’en tracer les contours. C’est une zone déterminée par :

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.