A Partie scientifique

Introduction

Le 14 juillet est à la fois un événement celui de la prise de la Bastille en 1789 et un des symboles de la République à partir de 1880 lorsque cette date est fixée comme le jour de la fête nationale.

Le 14 juillet constitue un exemple de l’évolution historiographique du statut de l’événement. L’histoire méthodique parfois qualifiée de « positiviste » ou événementielle de la fin du XIX° s au début du XX° siècle, prétendant à l’objectivité a resserré les limites de son objet : le fait ou l’événement isolé, replacé au centre du travail de l’historien, est alors considéré comme la seule référence répondant correctement à l’impératif d’objectivité. L’événement est étudié avec une approche en amont et la recherche de causalités. Puis l’école des annales opère une révolution dans la méthode historique qui privilégie d’autres temporalités. F. Braudel chasse ainsi les « lucioles », l’écume événementielle qu’il renvoie au plan de l’insignifiance, et son disciple Emmanuel Le Roy Ladurie parle d’histoire immobile. On assiste actuellement à un retour de l’événement comme le montre par exemple la renaissance de la collection « Les journées qui ont fait la France » chez Gallimard. Mais un déplacement s’opère dans le statut de l’événement de l’amont vers l’aval. Après avoir été dans une quête causale l’histoire se porte davantage aujourd’hui vers les traces que l’événement laisse derrière lui. L’événement n’a donc plus la conception restrictive qui était celle des méthodistes du XIX°s. Ainsi François Dosse peut écrire : « S’il est en France un événement éponyme par lequel la nation a fait le tour du monde et dont l’onde de choc a traversé les siècles, c’est bien la prise de la Bastille.Or ce qui importe bien évidemment, c’est moins le déroulé de ce qu’il s’est passé en cette journée du 14 juillet entre le lever du soleil et la tombée de la nuit que la longue sédimentation de sens qui a investi d’appropriations multiples cet événement, cette rupture fondatrice entre le moment où elle a surgi et le temps présent. »

Ainsi l’événement du 14 juillet, secondaire dans sa dimension factuelle de prise de la Bastille, fut un événement capital dans sa portée symbolique.

Problématique : Pourquoi le 14 Juillet est il devenu le symbole majeur de la Révolution et un moyen d’ancrage la République en tant que fête nationale?

Plan

I La prise de la Bastille : un événement mineur?

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

compte sur