Introduction 

Mariage : Acte par lequel un homme et une femme deviennent époux et l’état de vie commune qui en résulte. Étude qui traite de l’acte du mariage et non de la vie conjugale. Instauration d’une union légitime entre deux individus, qui implique des rapports sexuels licites et un changement de statut. Statut de droit donc pour les époux mais aussi pour leurs enfants. Établissement de liens d’alliance entre leurs familles respectives.

Le vocabulaire : « Être marié » (époque classique et hellénistique) synoikéô. Pas de terme équivalent à ne « se marier » ni » à « mariage ». Gamos : union sexuelle, ne désigne pas uniquement l’union matrimoniale (employé dans le cas d’adultère ou de viol par exemple) + cérémonie de noce.

Quelques lacunes dans l’historiographie :

* Concentration des recherches historiques sur Athènes et l’Égypte. Athènes → athénocentrisme et abondance des documents papyrologiques. L’Égypte car elle est comparée avec le modèle athénien (cité grecque traditionnelle).

* Seuls trois types de documents ont retenu l’attention des historiens jusqu’à une date récente : plaidoyers des orateurs attiques, bornes hypothécaires (Attique ou Cyclades) et actes de mariage ou de divorce (sur papyrus). Mais de nombreuses autres sources : l’épigraphie, l’iconographie (scènes de mariage, travaux de J. H. OAKLEY et F. LISSARRAGUE).

* La limitation de l’analyse sur des passages découpés, sortis de leur contexte a donnée une image faussée du mariage.

Chapitre I – Les sources

Sources diverses : textes législatifs, juridiques, financiers, œuvres littéraires, représentations figurées…

          I – Les documents primaires

Les sources directes : celles qui traitent explicitement du mariage.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.