• Le point sur le Sahara
  • Le Sahara, un désert mondialisé

Dans l’imaginaire collectif, un désert est un milieu naturel dénué de végétation et de vie animale, un espace très faiblement peuplé où les activités économiques sont peu développées. Pour les Européens, cet immense espace a longtemps constitué une barrière naturelle, une terre inconnue dont l’exploration ne s’est effectuée, difficilement, que dans le courant du XIXe siècle.

Bordé de deux rives, méditerranéenne au nord et sahélienne (sahel signifie « côte » en arabe) au sud, entre lesquelles circulaient des caravanes. Celles-ci ralliaient les ports de la rive nord, en bordure du monde méditerranéen, et ceux de la rive sud, à l’interface du Sahara et du Sahel. Le Sahara a pourtant conservé son image de contrée déserte jusqu’à la fin des années 1950, lorsque la découverte du pétrole puis les indépendances ont montré qu’il ne pouvait plus être considéré comme un territoire à l’écart de tout.

Aujourd’hui, le Sahara n’est assurément plus une marge. Il se trouve totalement intégré dans les logiques de la mondialisation par son urbanisation croissante, à l’instar de ce qui se passe partout ailleurs dans le monde, par les flux migratoires intenses qui le parcourent en tous sens, par l’implantation importante de réseaux djihadistes depuis le début des années 2000, par le développement des trafics de drogue et d’armes qui y sont notamment liés. Enfin, le Sahara est au cœur de la mondialisation en tant qu’espace riche en ressources qui sont l’objet de convoitises croissantes.

Avec le Sahel dont il ne peut être dissocié est devenu à l’évidence, une plaque tournante de la géopolitique mondiale.

Le Sahara est aussi particulièrement aride, beaucoup plus que d’autres déserts de la planète. Il est pourtant habité et parcouru depuis longtemps.

  • Le Sahara : quelles limites ?

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.