Intérêts pour la question « Le travail en Europe occidentale, des années 1830 aux années 1930 » :

  • L’esprit hygiéniste du milieu du XIX ème siècle, favorable aux industriels,
  • L’hygiène industriel,
  • Les arguments économiques : le changement technique, l’accroissement de la compétitivité créent de nouveaux marchés et légitiment la révolution industrielle,
  • L’expertise scientifique belge qui se construit à Liège et qui se déploie à Paris dans les cabinets de médecins, là où la production est écoulée (pour rénover les toits de paris, Haussmann choisit le zinc),
  • La compétition entre four liégeois et four silésien,
  • Les représentations de la révolution industrielle : cheminée, pollution, portraits d’ouvriers.

 

***

A l’aube du XIXème siècle, un chimiste liégeois, Jean-Jacques Dony, met au point un nouveau prototype de four qui, à l’abri de l’air, permet de réduire le zinc à l’état métallique. Grâce aux abondantes ressources minérales (en calamine) de la « vieille montagne » près d’Aix-la-Chapelle, une première fonderie s’implante, en 1809, à proximité du faubourg de Saint-Léonard, à Liège. A partir des années 1830, l’émergence de ce nouveau métal sur le marché européen favorise l’essor de toute l’industrie belge. En 1837, la Vieille Montagne devient la première multinationale d’Europe (et donc du monde) avec des filiales en Angleterre et en France. Mais, l’innovation de Dony est aussi l’enfant insalubre de la révolution industrielle en Belgique.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.