Famille et Société dans le Monde Grec et en Italie Du Vème au IIè siècle av JC Ellipses, 2017

Je n’ai pas fiché tout le manuel. J’ai choisi les chapitres que je considérais comme essentiels, en veillant à alterner chapitres généraux (tel le droit de la famille) et « chapitres exemples » (ex : Les stratégies familiales de Scipion Emilien). Absente ici mais pourtant majeure : toute la quatrième partie du manuel sur les stratégies familiales, les familles royales et patriciennes.

DEUXIEME PARTIE – DROIT ET PATRIMOINES FAMILIAUX
Thème 1 : les institutions juridiques

Chap 1 et 2 – Le droit de la famille dans le monde grec et à Rome

DROIT DE LA FAMILLE DANS LE MONDE GREC

Pas un droit de la famille mais des droits de la famille : à chaque koina ou ethnè (entité politique autonome) sa propre loi

  1. Les rapports au sein de l’oikos
  2. Mari et Femme

Aristote (Politique, I, 1254a) : la femelle est naturellement subordonnée au mâle.

C’est bien le cas dans l’Attique, en Béotie mais pas le cas en Thessalie ou en Grèce du Nord où les femmes procèdent sans assistance ni tutelle à différents actes tels affranchissement et hypothèque. Idem dans l’Egypte lagide : certaines activité sans assistance.

Adultère toléré pour les hommes mais pas pour les femmes=> s’assurer de la paternité des enfants légitimes. Mais un devoir à assurer une vie convenable à sa femme.

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

Trois formes de mariages la manus qui est l’autorité du mari sur l’époux ne peut se faire dans l’autorisation paternelle. On observe une progression vers le mariage sine manu. (contrairement au mariage cum manu), où l’autorité paternelle, la paterfamilias sur la femme n’est pas transmise au mari.

La femme mariée devient dans tous les cas une matrone et doit avoir de bonnes mœurs : tout acte viril lui est interdit (=assemblée, magistrature, testament) mais elle doit aller de pair avec chasteté, sens de l’honneur, frugalité et tempérance. Loi Oppia leur interdisait même de porter produit de luxe, notamment textile.

Toutefois elle règne sur la domus et rapproche les membres de la famille de son père de ceux de la

famille de son mari. Elle détient les clefs de la maison. Et donne son avis sur les stratégies politiques des membres de la maison.

De + en + de mariage sine manu : signe incontestable d’une prise de liberté des matrones et d’importance de + en + forte dans la cité.

Institutes de Gaïus, palimpseste découvert en 1816 qui éclaire sur les relations romaines bien qu’il ne date de 160 apJC soit 300 ans après la fin de notre période. Il donne la position exceptionnelle du paterfamilias

  • Postestas sur ses descendants
  • Manus sur sa femme
  • Mancipium pour ses esclaves et tt ceux qui dépendent de lui
  • Les autres membres lui sont tous alieni iuris

Seule cas où la pater postestas est inopérante : vis-à-vis des clients

Cas de Scipion Emilien et de Caton l’Ancien pour faire fructifier leur patrimoine et son honneur (pour

Emilien)

Rôle des patriciens à Rome, seuls capable de produire de nv auspices et rétablir le lien avec « en haut » Les Valerii, bien que gens modeste, réaliste, est une famille qui accumula les magistratures durant des siècles.

32