Les Anglais en Égypte

Chapitre 8

L’effondrement de la tentative militaire de rendre à l’Égypte la maîtrise de sa destinée permet aux Britanniques de reprendre la main sur le pays. (Voir épisode précédent). Symboliquement cela se traduit, le 30 septembre 1882, par un défilé militaire de 12 000 soldats, une exaltation de la puissance de la Grande-Bretagne. Pourtant, sans doute pour éviter d’envenimer la situation, le gouvernement Gladstone présente cette occupation de l’Égypte comme temporaire.

Ce caractère « temporaire », suscite pour le moins de fortes réserves de la France. Pourtant, de façon très pragmatique, les Britanniques ne cherchent pas à modifier le statut du territoire, qui reste une province ottomane et qui le demeurent jusqu’en décembre 1914. Symboliquement la province verse un tribut à la sublime porte, et un délégué ottoman est maintenu au Caire. Le représentant de la Grande-Bretagne est un diplomate du Foreign Office et non un fonctionnaire du Colonial Office. Par contre évidemment, la maîtrise du canal de Suez est l’objet essentiel. Malgré les tentatives françaises de s’opposer à cette domination britannique, par l’intermédiaire de Ferdinand de Lesseps, la neutralité de la voie d’eau est confirmée, de même que la souveraineté de l’Égypte sur le canal par la convention de Constantinople signé le 29 octobre 1888 par les huit principaux états européens ainsi que l’empire ottoman.

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.