CHAPITRE 3 L’INCUBATEUR MANDATAIRE 1923-1946

Le système des mandats n’a pas été pensé comme un colonialisme par les européens. Il s’agissait bien sur le papier d’une assistance aux pays qui en bénéficieraient et non de leur imposer un quelconque joug. Placé sous la surveillance de la SDN il devait assurer une transition des territoires jadis sous souveraineté ottomane vers une indépendance. Trois types de mandats étaient envisagés par la SDN en fonction du niveau de développement et d’autonomie des Etats. C’est le mandat de type A, le plus lâche qui est appliqué aux états en question. Londres installa plutôt des monarchies parlementaires, tandis que Paris installa des républiques. Mais dans les faits, tous deux se soucièrent plus des intérêts des mandataires plutôt que des mandatés. La tutelle bienveillante tourna vite au bras de fer remporté par les mandatés qui finirent non sans difficultés à accéder à l’indépendance. C’est pourquoi, malgré tout, le système mandataire ne peut être présenté comme un pur échec.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l’enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l’espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

Chapitre 3 : L’incubateur mandataire 1923 – 1945

Chapitre 4 : Le mirage panarabe