Une réflexion historique sur la sécularisation de la métropole ottomane de Constantinople peut s’attacher à mesurer l’emprise ou la déprise du religieux à la fois dans la matérialité de la ville (édifices et espaces religieux) ; dans le statut juridique et symbolique qui lui est réservé (réglementation de la place et des pratiques du religieux) ; et dans l’évolution des usages sociaux et des sociabilités.

L’historiographie républicaine turque a été mise en place sur la base du Grand discours (Nutuk) de Mustafa Kemal (Atatürk) en octobre 1927, des Grandes lignes de l’histoire turque (Türk Tarihinin Anahatları) en 1928, et des travaux de la Société d’histoire turque (Türk Tarih Kurumu) installée en 1931. Elle a enraciné efficacement une histoire nationale très homogène auprès de générations d’écoliers et lycéens, futurs citoyens républicains. Elle insiste sur la « rupture révolutionnaire»que l’installation de la République a marquée dans l’histoire des Turcs, et sur l’importance structurelle des réformes kémalistes d’occidentalisation, permettant à la Turquie nouvelle d’accéder à « l’état de civilisation contemporaine » par occultation, voire rejet du passé ottoman et musulman, au profit de l’exaltation des racines turques anté-islamiques et, à partir des années 30, de la laïcité républicaine.

On ne passe pas, entre le début et le milieu du XXe s., d’une ville ottomane cosmopolite mais fondamentalement structurée par l’islam, à une ville kémaliste laïque, voire laïciste, portant les marques visibles de cette rupture. Au-delà des clichés sur l’anticléricalisme de la période républicaine, nous soulignerons donc que sécularisation et laïcisation ont suivi des chemins plus complexes, moins linéaires, et plus précoces qu’il est dit dans l’historiographie.

I/ Constantinople, la capitale musulmane et cosmopolite du sultan-calife et des révolutionnaires jeunes-turcs (1900-1922)

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.