Chap.3 : Les réformes à l’heure de l’expansion économique européenne (1856 à 1882)

Pour Ottomans, conflit que Européens désignent comme « Guerre de Crimée » (1853 à 1856) = long affrontement russo-turc qui s’est déployé de la guerre de 1768 à la 1ère GM

Réformes annoncées par le hatt-i hümayûn n’ont pas constitué 1 nouveauté radicale car avaient commencé dès fin du 18è mais s’accélèrent en répondant aux pressions des puissances du temps. C’est un point commun des crises et des textes réformateurs de 1856 et 1876-1878 mais on ne peut réduire la politique menée à partir de 1856 à l’imposition de normes européennes au monde musulman. Réformes correspondaient  à une modernisation et à une expansion de l’appareil d’État communes.

Touchent de n° domaines, modifient profondément l’administration de l’Empire et ses provinces

Après 1er tournant des années 1830, basculement dans une économique dominée par Europe s’accélère : cette accélération marquée par un fort accroissement démographique, l’essor des villes et leurs pouvoirs, révolution des transports, développement de nouvelles formes d’éducat°, de nouveaux rapports entre musulmans et non-musulmans à ts ces phénomènes se combinent pour bousculer hiérarchies sociales (suscitant au milieu du siècle révoltes rurales et émeutes urbaines). En 1877, 1 nouveau conflit ouvre une crise durable (diplomatique, politique et financière) qui met fin à cette période où, entre 2 guerres russo-turques, l’Empire cherche à rassembler ses forces autour d’1 idéal réformiste et ottomaniste en s’inspirant d’1 Europe occidentale qui pouvait paraître bienveillante.

La guerre de Crimée

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.