Ce travail est le résultat d’un investissement remarquable de son auteure. Il est organisé autour d’un code couleur et il est proposé en plusieurs épisodes.

La question d’histoire ancienne est présentée en vert émeraude, la question d’histoire moderne en rouge, la question d’histoire contemporaine en marron, la question de géographie du tourisme, avec un joli rose fuchsia, les espaces ruraux en France en vert, et pour finir la question sur l’Afrique, en violet.
Les partages et les impressions de ces fichiers sont verrouillés.

Jansénisme : Courant religieux qui se développa au XVIIe siècle au sein de l’Église catholique, le jansénisme trouve ses racines dans les écrits de saint Augustin sur la grâce. Cette doctrine, inspirée par les écrits de Baïus, un professeur de Louvain (dont la thèse a été condamnée en 1567 par le pape Pie V), a été formalisée dans l’Augustinus, un ouvrage posthume de Jansénius, évêque d’Ypres, publié en 1640. Dans ce texte, dont cinq propositions seront à plusieurs reprises condamnées par Rome (en 1643, 1653 et 1656), Jansénius explique que la grâce de Dieu, nécessaire au salut de l’âme humaine, est accordée ou refusée par avance, sans que les œuvres du croyant, tout entaché du péché originel, puissent changer le sort de son âme. Cette vision du salut s’oppose à celle soutenue à l’époque par les jésuites, qui plaident pour une grâce divine suffisante, laquelle apporte à l’homme tout ce qui lui est nécessaire pour faire le bien, mais ne peut faire effet que par la seule décision du libre arbitre de l’homme. Cette controverse voit le jour dans le sillage de la Réforme luthérienne, du concile de Trente et de la Contre-Réforme qui veulent répondre à l’aspiration au renouveau religieux qui traverse l’Europe depuis le XVe siècle. Elle prend une importance considérable en France, par l’intermédiaire de l’abbé de Saint-Cyran, un ami de Jansénius. Celui-ci fréquente la famille Arnauld, proche des abbayes de Port-Royal (dans la vallée de Chevreuse et à Paris), qui deviendront un foyer de la pensée janséniste

Jésuites : « la compagnie de Jésus », ordre régulier créé par Ignace de Loyola et approuvés par le pape en 1540, alors qu’une réforme de l’Eglise est rendue urgente par La Réforme protestante. Ils jurent obéissance au pape et leur mission porte sur l’évangélisation, la justice sociale et l’éducation. Ils sont dissous sous le pontificat de Clément XIV en 1773. Ils l’avaient déjà été en 1759 au Portugal et en 1763 en France. Ils sont alors 23.000.

Joint-venture : Filiale commune entre deux ou plusieurs entreprises dans le cadre d’une coopération économique internationale. (Cette technique financière est un moyen de coopération entre des sociétés qui possèdent des compétences complémentaires ; elle représente un des seuls moyens d’accès des firmes étrangères voulant s’implanter dans les ex-pays communistes par ex.)

Joualles : polyculture typique du modèle Aquitain qui induit une succession d’arbres fruitiers et de cultures non pérennes, situées en hauteur.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.