Le travail en Europe occidentale des années 1830 aux années 1930. Mains-d’œuvre artisanales et industrielles, pratiques et questions sociales.

Introduction

Moment majeur des transformations occidentales depuis fin du 18ème siècle : la genèse et les mutations de la force de travail industrielle.

Deux grandes déclinaisons de l’histoire sociale de l’industrialisation française :

  • Croissance du travail industriel enchâssé dans la société rurale et agricole (phase qui se réduit au cours du 19ème siècle) Rupture et genèse d’un travail industriel spécifique, autonome et « rationnel » induisant de nouvelles formes sociales et la formation d’un prolétariat moderne.
  • Histoire sociale du travail industriel cherchera-t-elle d’abord à expliquer cette transition de l’économie agraire à une économie industrielle et capitaliste, invention de l’organisation, de la gestion, du contrôle de la force de travail (jusqu’à fin Seconde guerre mondiale, pleine maturité, amorce déclin).

Au 19ème siècle, existe-t-il vraiment une « classe ouvrière » et non un agrégat inconstitué de communautés désunies ? Industrialisation française n’a pas recouru à une force de travail identique et homogène dans le temps. Variables multiples allant des structures familiales aux pratiques spécifiques du travail.

Systèmes de régulations spécifiques :

  1. Populations rurales offrant leur travail à la production industrielle
    La petite production artisanale urbaine
  2. Usine, force de travail prolétarisée, vivant du seul salaire, des conditions de mise au travail des populations au statut fluctuant et de la genèse d’une condition ouvrière spécifique.
  3. Naissance de la « question sociale ».

Première industrialisation, celle de l’émergence lente du charbon, de la vapeur, de la filature textile face au tissu traditionnel des petits métiers urbains. Dernier quart du siècle, lui, puise ses traits distinctifs dans l’affirmation de la grande usine et de la grande industrie (sidérurgie, mine) : seconde industrialisation.

Un des problèmes majeurs de l’histoire sociale du travail, et des plus difficiles à résoudre : celui des caractères originaux de la prolétarisation française (types sociaux divers: proto-ouvrier, les gens du métier, le prolétaire d’usine / des années 1880 aux années 1950 affirmation mouvement ouvrier, formes de l’intégration ou de la lutte ouvrière, politiques patronales…).

La condition ouvrière en France

Les trois sources de la classe ouvrière (du début du 19ème siècle aux années 1880)

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.