Écrits et pouvoirs, sociétés en Occident aux XII-XIVe siècles [Angleterre, France, Italie, Péninsule Ibérique]

Introduction :

À partir des XIIe et XIIIe siècles, le livre sort du monopole des monastères et des églises pour s’implanter en ville, dans des librairies laïques. La maîtrise de la communication écrite devient indispensable pour les gouvernants. À la fin du XIIIe siècle s’impose l’idée selon laquelle le monarque doit être détenteur d’un savoir, d’une culture lettrée et au XIVe siècle d’une science politique lui donnant les moyens de bien gouverner.

> Le modèle du roi savant :

La volonté de savoir des gouvernants remonte à l’Antiquité. Assurbanipal, roi de l’Orient antique, au VIIe s avant J.-C., se targue de savoir écrire et fonde dans son palais de Ninive une bibliothèque dont il reste encore 25 000 fragments de livres d’argiles. Le concept de roi savant entouré de livres n’est donc pas une idée neuve au Moyen Âge. Pourtant, elle tarde à s’imposer et rares sont les monarques lettrés ou érudits avant le XIIe siècle.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

Antony Rampazzo