La mise en fiche intégrale de cet ouvrage pour les concours

Chapitre 1 : Introduction générale – Présentation de la question et de ses enjeux
I. Le cadre chronologique et géographique de la question

1. Le cadre chronologique

A. Un siècle décisif pour le monde romain
La période retenue est une période charnière pour le monde romain :
• La République meurt et, à partir des années 31 à 27 av. J.-C. sous l’autorité d’Octave Auguste, un nouveau régime apparaît, le « principat » (princeps qui désigne l’empereur) ;
• La dynamique des conquêtes se poursuit et s’amplifie mais elle n’est ni linéaire ni régulière au cours du 1er siècle apr. J.-C.
• Un vaste empire territorial centré sur la Méditerranée se constitue, ce qui pose la question de la gestion politique d’un tel espace ;
• Les échanges de toute nature s’amplifient : économiques (multiplication des flux), mais aussi culturels et religieux (syncrétisme religieux).
Le programme invite à réfléchir à l’évolution des formes d’exercice du pouvoir et de gestion du monde romain, depuis Rome. Il faut aussi maîtriser les éléments de rupture chronologique :
• La crise de la République en difficulté, avec des guerres civiles qui culminent dans les années 40 et 30 av. J.-C. quand Octave et Marc-Antoine s’affrontent pour s’emparer du pouvoir personnel ;
• La mise en place d’un nouveau pouvoir personnel par Octave qui devient Auguste en janvier 27 av. J.-C. ;
• La pérennisation de la dynastie julio-claudienne, fondée par Auguste, jusqu’au suicide de Néron en 68, accompagné d’une évolution du pouvoir impérial ;
• La guerre civile de 68-69 ;
• Les premières années du règne de Vespasien et la fondation de la dynastie flavienne.

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.