Il est possible de percevoir cette question de façon linéaire, en attendant qu’un manuel ne vienne établir une forme de synthèse sur l’ensemble de la période couverte. Pour ce qui me concerne, et même si temps des époques antérieures l’usage de ces manuels qui paraissaient, en même temps presque que les questions du programme était généralisé, j’ai la faiblesse de considérer que la meilleure des synthèses sera celle que le candidat sera en mesure de réaliser.

Et c’est la raison pour laquelle, à partir d’une base que l’on peut trouver facilement accessible, y compris dans l’Encyclopaedia universalis, je considère comme pertinent d’apporter des coups de projecteurs sur tel ou tel aspect de la question.

Une fiche de lecture ne doit pas être simplement un résumé d’un ouvrage. Cela a son utilité, surtout pour le candidat qui mémorise un contenu. Je pense pour ma part qu’une fiche de lecture doit être enrichie de réflexions personnelles, de questionnements, d’interrogations, sur tel ou tel événement, et sur ses conséquences.

Cette question sur État, pouvoirs et contestations dans les monarchies françaises et britanniques et dans leurs colonies américaines, est extrêmement stimulante. De très nombreux ouvrages, certes partiels, sont parus sur les différents aspects abordés, il me paraît pertinent d’aller y piocher.

À titre d’exemple je prendrai le tome sept de l’histoire de France publiée aux éditions Belin sous la direction de Joël Cornette, dont l’auteur est Hervé Drévillon. Ce septième volume traite de la période 1629 – 1715 et couvre donc en partie le cadre chronologique de la question d’histoire moderne.

L’intérêt de cet ouvrage, qui a été présenté dès sa sortie sur la Cliothèque, Les Rois absolus 1629 – 1715  un site sur lequel nous avons accumulé plusieurs milliers de recensions en accès ouvert, c’est qu’il aborde, pour la monarchie française évidemment, la globalité des thèmes de la question.

Je déconseille formellement la lecture linéaire, mais au contraire une approche thématique. Et je commencerai par exemple cette fiche de lecture, qui pour ce qui me concerne relève du loisir intellectuel, privilège de l’âge, par le chapitre cinq, qui fait écho à la première partie « de la guerre »… « à la guerre civile ». Au hasard des rayons de ma bibliothèque, j’ai été comme un petit peu inspiré, par une conversation téléphonique avec une candidate, pour mettre en œuvre en temps réel cette méthode de travail.

L’intérêt de l’ouvrage monumental dirigé par notre ami, Joël Cornette qui a la gentillesse d’apporter un soutien résolu aux Clionautes lors des rendez-vous de l’histoire de Blois, et cela depuis plus de 10 ans, est d’aborder de façon globale , sous la plume de Hervé Drévillon, l’ensemble des contestations dans ce chapitre cinq intitulé … À la guerre civile . Le cadre chronologique de l’ouvrage commence évidemment sur les tous débuts de la guerre de 30 ans qui ravagent l’empire mais qui implique également la France. Cette guerre européenne n’a pas été fondamentalement différente, du moins sur les champs de batailles, des précédentes. Elle a participé évidement à la constitution des armées modernes, dans le cadre d’un renforcement du rôle des états,  ce qui montre d’ailleurs l’importance d’aborder la guerre, les gens de guerre les institutions militaires, dans l’étude des pouvoirs qui participent de cette question du programme des concours.

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.