Partie II. L’État Louis XIV.

  1. Des soupirs à fendre l’âme.
  • Qui est donc ce Louis XIV pétrifiant que nous croyons connaître ? Un homme de chair et de sang soupirant parfois « à fendre l’âme » ou un souverain en perpétuelle représentation, un « roi de théâtre » et un demi-dieu maniant la foudre et le tonnerre, fabriqué de toutes pièces, à multiples personnages aux poses figées, en tenues d’apparat, tous masqués et fardés à l’exemple des portrait de cour ? 
    • La cour : tout est codifié à partir de règles impérieuses imposées par le maître de Versailles, temple du Roi soleil.
      => Décoration des 374 appartements du château réglés par le souverain lui-même.,
    • Hiérarchie très stricte qui préside aux attributions des logements dans le palais car la répartition de l’espace doit traduire exactement la position de chacun dans la société aristocratique :
      => La famille royale les princes du sang (les principaux sont logés dans l’aile sud), les princes de moindre importante.
      => Les plus élevés dans la pyramide curiale bénéficient ainsi d’une vaste enfilade de pièces avec cheminées donnant sur les jardins.
      => Les autres doivent se contenter d’un modeste trois pièces : antichambre (pour les laquais), chambre, cabinet ou minuscule logement mansardé dans le pavillon de la surintendance ou dans les comble.
      Ex : Le marquis de Dangeau obtient un bel appartement après que le souverain lui eut demandé de composé sur-le-champ un poème à partir d’une série de rimes. 
    • Louis XIV s’identifie dans la mémoire collective, à la figure d’un Roi de gloire.
      => Du lever au coucher du roi, en passant par les repas, les promenades, partie de chasse, le souverain est visible mais mystérieux.
      => Tout est hiérarchie : les sièges sont inégalement accessibles suivant son rang, le tissu change suivant l’ordre auquel on appartient, la vaisselle est différente suivant son état (or pour le roi, argent pour les grands, faïence pour les autres).
    • Vous souhaitez lire la suite ?

      Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

      Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

      La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.