Chronologie

Italie :

  • -753 : D’après la légende, cette date correspondrait à la naissance de Rome.
  • -509 : Selon les premières chroniques historiques, la cité aurait été gouvernée par des rois jusqu’à cette date. Ainsi, il s’agit de l’abolition de la monarchie et de la fondation de la République Romaine.
  • IIe siècle avant notre ère : la modeste cité-Etat était devenue la première puissance d’Europe.
  • Milieu du IIIe siècle : Rome, à force de guerres et de manœuvres politiques, ont soumis un à un leurs voisins jusqu’à contrôler la quasi-totalité de l’Italie.

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

  • -501 : À Rome, des esclaves révoltés occupent le Capitole ; ils sont crucifiés.
  • Entre -451/-449 : Publication des lois des XII Tables. Selon la tradition, cette première fixation par écrit du droit romain aurait été l’œuvre d’une commission de dix membres (décemvirs), chargés d’établir des lois égales pour les plébéiens et les patriciens. Après sa rédaction, l’ensemble de ces lois fut affiché au Forum sur des tables, d’où son nom. Leur texte n’est pas parvenu dans sa totalité, mais des citations ou des paraphrases permettent d’en connaître le contenu. Ces lois sont rédigées dans un latin archaïque, avec des phrases brèves et un style d’une très grande concision, qui, au cours des siècles, devint parfois difficile à interpréter pour les Romains eux-mêmes. Les fragments qui subsistent concernent surtout le droit privé : organisation des procès et de la justice, droit familial et testamentaire, propriété, droit pénal (coups et blessures, homicide), droit des obligations. Mais le droit public ne semble pas avoir figuré dans cet ensemble. Cette première loi écrite resta le fondement de tout le droit romain : elle ne cessa d’être commentée et interprétée par les juristes jusqu’au IIe siècle de notre ère. Et l’on peut dire qu’elle a modelé la conscience juridique romaine.
  • -445 : Lex Canuleia : Au début de son mandat de tribun de la plèbe, Caius Canuleius propose plusieurs lois dont une qui prévoit de lever l’interdiction des mariages entre patriciens et plébéiens et une autre qui permet aux plébéiens d’accéder au consulat. Sous la pression de menaces de guerres extérieures, les sénateurs cèdent sur la question du mariage et l’interdiction est levée, cinq ans seulement après son instauration. La Lex Canuleiaest votée par les comices tributes et les consuls espèrent ainsi que le peuple, satisfait, se mobilise sans incident. Selon Tite-Live, les enfants nés d’un mariage mixte héritent du statut social de leur père. La possibilité de contracter de tels mariages permet de nouvelles alliances matrimoniales entre l’élite plébéienne et certaines familles patriciennes, renforçant le poids politique des partisans de l’égalité entre les deux classes.
  • -367 : Plébiscite licino-sextiens. Ce plébiscite remer en cause l’appropriation et la gestion collective des terres agricoles.
  • -264/-241 : Première Guerre Punique, victoire Romaine. Ils remportèrent la Sicile, la Sardaigne & la Corse.
  • -264 : Guerre à Volsinie, fin de l’indépendance étrusque.
  • -230 (date peu crédible) : Divorce de Spirius Carvlius. Ce serait le premier divorce. Il conduit à une réglementation permettant à la femme de récupérer sa dot.
  • -218/-202 : Deuxième Guerre Punique. Rome et Carthage se dispute l’Espagne. Malgré plusieurs victoires carthaginoises menées par Hannibal Barca, Carthage n’obtint jamais la reddition de Rome. Entre-temps, Scipion l’Africain menait l’armée romaine à la victoire contre les troupes de Carthage en Espagne, avant de fondre sur l’Afrique du Nord. Hannibal, une fois prévenu, se précipita pour défendre sa ville, mais il fut battu à Zama en -202.
  • -169 : Lex Voconia : loi concernant la capacité des femmes à succéder.
  • -146 : Carthage tombe aux mains des Romains. La ville est entièrement détruite avant d’être reconstruite et reconnue comme une colonie. Rome est désormais seul maitre du bassin méditerranéen occidental. C’est ensuite sur l’Orient que Rome jeta son dévolu.
  • -146 : la Grèce rejoint les provinces romaines.
  • 139/-132 : Première guerre servile de Sicile durant laquelle, sous la conduite du Syrien Eunous, les insurgés battent successivement quatre préteurs romains et forment un État sur le modèle des monarchies hellénistiques ; ils sont finalement écrasés.
  • -133 : Rome pose un pied en Asie en recevant Pergame, en Anatolie, par testament de son dernier Roi. Peu à peu, la cité absorba tous les royaumes fondés par les successeurs d’Alexandre le Grand.
  • -133 : Le tribun, Tiberius Gracchus, qui tenta d’introduire des réformes au sein de le République, fut assassiné. Marque le début du déclin de la République (abolie en -44 par Jules César qui régna en tant que Dictateur).
  • -105 : Abolition de la condition suivante : Seuls les citoyens romains et les propriétaires terriens avaient le droit d’intégrer l’armée.
  • -104/-100Deuxième guerre servile de Sicile, dirigée par Salvius puis Athénion, qui organisent à leur tour un royaume avant d’être battus.

Grèce :

  • IXe siècle avant notre ère : la Grèce émerge des ténèbres où l’avait plongée la disparition de la civilisation mycénienne.
  • -500 :D’importantes villes grecques jalonnent le littoral d’Asie Mineure (Anatolie), celui de la Mer Noire, la Sicile et le Sud de l’Italie, et même le Sud de l’Espagne.
  • Entre le VI et IV siècle avant notre ère : En dépit des guerres qui se succédaient sur leur territoire, les Grecs dominèrent le monde antique. Ils maîtrisaient la sculpture, la peinture et l’architecture. Quant aux philosophes athéniens – Socrate, Platon, Aristote-, ils posèrent les jalons de la pensée européenne.
  • Fin du VIe siècle : Des réformes politiques favorisent l’émergence d’une nouvelle forme politique : la démocratie (la « force du peuple »). La démocratie autorisait les citoyens à s’exprimer, par le biais de vote, sur toutes les grandes décisions, telles les déclarations de guerre ou les dépenses gouvernementales. Toutefois, à Athènes, le droit de citoyenneté était réservé aux hommes libres de plus de 20 ans, nés à Athènes de parents athéniens.
  • Au début du Ve siècle : l’Etat réglemente la sépulture et les rites funéraires.
  • -499/-490 : Première Guerre Médique opposant les Grecs aux Perses afin d’obtenir l’hégémonie sur le monde grec. Victoire décisive de l’armée athénienne à Marathon malgré leur infériorité numérique.
  • -480/-479 : Deuxième Guerre Médique. Armée Perse anéantie par la coalition grecque.
  • -451 : Loi de Périclès : Pour désormais accéder à la citoyenneté avec cette nouvelle loi, il faut être fils de père citoyen mais également, de mère ayant eu un père citoyen. Cette réforme montre en fait le souci d’une communauté à maîtriser sa propre taille. Périclès craignant sûrement que l’accroissement progressif du nombre de citoyens depuis les réformes clisthéniennes n’entraîne irrémédiablement un fonctionnement de plus en plus mauvais des institutions, sachant que plus il y a de citoyens athéniens plus il est difficile de prendre des décisions unanimes.
  • ? : Loi sur l’épiclerat. Dans l’Athènes de l’époque classique, la fille qui en l’absence de frère hérite à la mort de son père de son patrimoine, cette héritière, dite épiclère, est soumise à l’obligation d’épouser le plus proche parent de son père défunt afin d’avoir avec lui des enfants qui hériteront du patrimoine de leur grand-père maternel.
  • -431/-404 : Guerre du Péloponnèse opposant Athènes à Sparte. Ces deux cités caressaient toutes deux l’ambition de dominer la Grèce. Affaiblies par ces conflits répétés, les villes cédèrent facilement à la montée en puissance de la Macédoinie, au nord.
  • -338 : Le Roi Philippe II de Macédoine, s’empare de tout le territoire grec, dont Athènes. L’âge d’or de la Grèce touche à sa fin.

Sources :

Atlas historique du monde, John Haywood

Wikipedia.org

Encyclopedia Universalis.fr

Famille et société dans le monde grec et en Italie du Ve siècle av JC au IIe siècle av JC, Atlande