CHAPITRE INTRODUCTIF :

Christian Delporte, Caroline Moine : XXème siècle : foisonnement culturel et médiatique = cadre ancien de la culture populaire et savante explose sous la pressions des industries culturelles, notamment celle de masse depuis XIXème siècle, bouleversée aussi par les nouveaux modes de consommations des sociétés occidentales à homogénéisation culturelle qui provient des USA et modèle qui touche EURoc.

  • Souci : certains ont peur de « l’américanisation » comme source de domination et perte identité collective –> Ecole de Francfort : Kulturindustrie, 1947, Adorno et Horkheimer : « le film, la radio et les magazines constituent un système. Chaque secteur est uniformise et tous le sont les uns par rapport aux  »
  • Mass media: ruineraient la promesse d’une culture émancipatrice, aliéner les plus faibles, pauvres, moins instruits = démarche critique violente.
  • Culture : « ensemble des représentations collectives propres à la société » + Cultural Studies « l’histoire sociale des représentations » = accent sur les usages et pratiques collectives, sensibilités valeurs, croyances et imaginais communs, univers symboliques, mythes et idéologies + particulièrement attentive aux outils de diffusion et d’échanges, de transfert, du local au mondial et par appropriation ou acculturation, d’influence culturelles par pouvoir, institutions, groupes… = pluralité sans hiérarchie.
  • Un média : outil ou système d’organisation permettant la diffusion massive ou la communication publique d’une information ou d’un message dans l’espace et le temps.
  • Les médias : système de représentations nourri par des supports divers, concurrentiels, complémentaires, en constante mutation, bâtis à partir d’écrits, de son, d’image, ancrée dans la perception du réel ou de la création fictionnelle, un système producteur de culture et d’imaginaire collectif.
  • Médias pas réductibles à la culture de masse = sont aussi le support de la culture savante, contribuent au rayonnement des créations et des bienfaits de ladite culture, s’affirme dans une culture médiatique, pèse sur le fonctionnement même de la démocratie, orientant les stratégies politiques et opinion publique.
  • Pouvoir : trois :
  • État : mise en place de politique publique en faveur de la démocratisation culturelle, soit les « politiques culturelles », régulatrice par la législation ou contraignante par la censure.
  • Financement par acteurs privés comme les fondations ou le mécénat
  • Église : influence variables mais reste importante dans les débats des valeurs fondamentales
  • Pouvoir politique et économiques nuancent la réflexion quant à l’homogénéité qui semble marquer la période.
  • Interactions : culture-médias, culture-pouvoirs, médias-pouvoirs… = cadre politique très clair, chute nazisme, reconstruction européenne et victoire apparente du bloc démocratique et libéral avec chute URSS =période marqué par débat GF et bataille culturelle très forte = American Way of Life.
  • Controverses : grands mouvements de protestation années 60, crises économiques et idéologiques années 70, transformation des pratiques de consommation avec culture jeune, décloisonnement des espaces, nouvelles esthétiques et changement des mœurs, apparition contre et subculture.
  • Bouillonnement culturel et médiatique change les repères de la société occidentale en moins d’un demi-siècle, modifie les espaces de circulation basées sur l’espace transatlantique même si les circulations ne se sont pas arrêtés au rideau de fer = « globalisation culturelle et médiatique » qui se définissent pendant la période et s’affirment années 90.

 

THÈME 1 : le temps des idéologies et des engagements

CHAPITRE 1 : Après-Guerre : héritages et refondation

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.