Les Maîtres de la Guadeloupe, propriétaires d’esclaves 1635-1848,

Frédéric Régent, Condé en Normandie, Tallandier, 2019.

 

Cet ouvrage de 422 pages écrit par Frédéric Régent, Maître de conférence à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, offre un regard sur la formation d’une classe de propriétaires terriens à la Guadeloupe. Son analyse débute dès les premiers temps de la colonisation de l’île par les Français et s’achève au moment où la Troisième République française met fin de façon définitive à l’esclavage dans ses colonies. Afin de rendre la lecture plus fluide, Frédéric Régent a fait le choix de suivre quatre familles de propriétaires d’esclaves de la Guadeloupe sur 8 générations : les Caniquit, les Douillard, les Paviot et les Ruillier. En suivant les traces des membres de ces familles installées très tôt à la Guadeloupe, l’auteur peut alors décrire comment cette société de planteurs s’est formée et comment elle a su s’adapter au fil du temps, réussissant à se maintenir à la tête d’une société coloniale en mutation quasi permanente.

 

Les résultats des travaux de Frédéric Régent s’inscrivent pleinement dans le cadre de la question d’Histoire Moderne du concours de l’agrégation interne d’Histoire-Géographie 2020 : Etat, pouvoirs et contestations dans les monarchies française et britannique et dans leurs colonies américaines vers 1640-vers 1780. Nous proposons donc ici une fiche de lecture relevant les aspects les plus en lien avec la question de concours et développés par l’auteur. Ainsi nous achèverons notre analyse de l’ouvrage à la page 271, la suite de l’étude couvrant une période non comprise par le sujet du concours.

 

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.