3. L’agriculteur, ce professionnel de l’agriculture

Depuis quarante ans nous assistons à la professionnalisation du métier d’agriculteur, qui doit désormais connaître les sciences agronomiques, biologiques, écologiques, vétérinaires, alimentaires, informatiques et sociales.

Trois paramètres sont à considérer pour comprendre la situation des agriculteurs français :

  1. Dans les années 1980, l’augmentation de la productivité a provoqué une surproduction de lait et de viande, et les cours ont fléchi alors que les stocks devenaient à peine gérables. C’est la nouvelle PAC de 1992 (qui instaure un gel des terres et des quotas laitiers) qui a régulé la situation.
  2. Le prix des intrants a crû plus vite que celui des matières premières : le budget des exploitations est grévé par les carburants, matériels, engrais, pesticides, nourritures pour animaux
  3. les éleveurs sont endettés et ne peuvent donc pas facilement se tourner vers l’agriculture biologique, d’où la nécessité des aides publiques. Le prix du foncier augmente, mais en même temps on observe de grandes concentrations foncières, qui se font à partir de capitaux familiaux, comme c’est le cas en Charente ou en Haute-Vienne avec la constitution de domaines de plus de 1000 ou 2000 hectares au début des années 2000.

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.