Le premier chapitre comporte beaucoup de définitions. Je n’ai pas été très synthétique parce que dans la lettre de cadrage on met en avant la diversité des définitions des espaces ruraux, et plusieurs auteurs sont cités. J’ai donc recopié pas mal de citations parce que je crois que c’est important pour la préparation.

I – Rural, un adjectif et ses avatars

Yves Jean et Michel Périgord commencent par s’interroger sur le sens et le poids des mots tels que rural, ruralité, ruralisme. Par exemple, l’adjectif rural est très mobilisé par le langage : il est référencé 126 millions de fois sur Google, tandis que le nom commun ruralité est référencé 294 000 fois et que le mot ruralisme n’est référencé que 3 090 fois. La notion d’espace rural est référencée à 389 000 reprises, suivie de près par la notion de paysage rural (294 000 références). Pour les auteurs, c’est révélateur des questions que se pose notre société.

L’adjectif rural commence à être utilisé dans les années 1950, mais il l’est plus fréquemment depuis les années 2000. Il y a plusieurs manières d’être rural en 2017, et il y a plusieurs modèles territoriaux à l’œuvre dans les campagnes françaises.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.