Arlette Jouanna (née en 1937), agrégée d’histoire, professeur émérite à l’université Paul Valéry de Montpellier depuis 1989, moderniste, consacre l’ensemble de ses recherches et de ses ouvrages à l’analyse socio-politique des conflits nés de l’émergence du protestantisme au XVIème siècle.

Présentation de l’ouvrage

Dans La Saint Barthélémy : les mystères d’un crime d’Etat (24 août 1572), Arlette Jouanna revient sur les circonstances du massacre. Un ouvrage de 390 pages en Edition Folio hors annexes et appendices qui se compose de 9 chapitres répartis en trois « Livres » et agrémenté de deux annexes, l’une relative aux catégories socioprofessionnelles des victimes de la Saint Barthélémy à Paris et en province et la seconde étant une carte de la ville de Paris de 1552 permettant de cartographier les différents évènements intervenus dans la capitale dans les jours encadrant le massacre du 24 août 1572. S’ajoutent à ces deux annexes des notes et une bibliographie plus que conséquente de plus d’une centaine de pages sur lesquelles nous reviendrons ultérieurement.

La réflexion d’Arlette Jouanna sur la Saint-Barthélemy s’articule autour de trois axes : après une analyse documentée des faits (Livre I), l’auteur nous en propose une lecture globale à la fois politique (Livre II) et socio psychologique (Livre III) nous permettant ainsi de saisir dans sa globalité la volonté d’un roi à affirmer sa souveraineté tout en préservant la paix, ainsi que les éléments et les articulations d’un événement qui non seulement influe  sur le cours de l’histoire de France mais aussi ouvre la voie à l’absolutisme de droit divin.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.