Introduction :

La télévision des années 1945 à 1974 participe à la construction d’un nouvel espace culturel et politique. À partir de l’étude des programmes (production, programmation et réception), ces articles privilégient l’histoire des relations entre la télévision et les citoyens.

Les Trente Glorieuses portent le projet d’une télévision qui doit définir et mettre en œuvre les missions d’un service public : « informer, distraire, instruire ». Avec l’élaboration des programmes et des genres se tissent des liens entre la télévision et les téléspectateurs qui contribuent à dessi²ner les contours d’une communauté imaginée. Dès les années cinquante, la télévision est pensée comme un instrument du progrès moral et intellectuel de l’homme en même temps qu’une source de distraction et de joie. Instrument de la connaissance de la France et des Français, elle se constitue comme un observatoire des pratiques de la vie quotidienne et s’installe au cœur de l’information sociale et politique. Elle contribue ainsi à l’élaboration d’une culture démocratique pour le plus grand nombre.

Se confirmant dans les années soixante comme loisir privilégié des Français, la télévision et ses programmes opèrent une mutation des représentations tant dans la perception du territoire, de la vie quotidienne des Français, que des arts (littérature, théâtre, cinéma), de l’information et des cérémonies politiques. Elle crée un langage et invente de nouvelles formes de la prise de parole, transforme, en se les appropriant, les spectacles, les rituels, les modes de vie et leurs expressions.

L’ouvrage s’organise autour de trois thématiques constitutives de l’histoire des Trente Glorieuses au sein de laquelle la télévision s’érige en instance culturelle et politique et en acteur de première importance où les hommes politiques font leur apprentissage.

La première partie est consacrée à la télévision comme facteur politique (Article 1 à 5). Celle-ci devient un vecteur de communication et, comme instrument de la pédagogie gouvernementale, un agent de légitimation de la décision politique. Aude Vassallo prend ainsi pour objet les émissions de commande du gouvernement.

Évelyne Cohen décrypte les missions d’information de la télévision, leur sens politique et civique. Elle s’interroge sur la télévision comme instrument de démocratisation de la vie publique. L’histoire de l’exercice du contrôle et de la censure gouvernementales entre 1954 et 1974 n’est pas linéaire : elle est aussi celle des résistances, des discontinuités, des mises en échec et des modes de contestation.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.