Dans le cadre de la question d’Histoire médiévale au CAPES, je vous propose un point sur les Miroirs des princes, en me basant principalement sur la lecture du livre de Michel Sennelart, Les Arts de gouverner. Du regimen médiéval au concept de gouvernement, Paris, Seuil, 1995.

Pour comprendre ces textes dédiés aux rois et aux princes et présentés comme des « manuels de bon gouvernement », il faut remonter aux principes de ce qui fonde la communauté chrétienne. En tant que chrétiens, la recherche en soi de la ressemblance divine qui doit conduire la vie du croyant rend les individus en société parties prenantes d’une communauté d’un type nouveau par rapport aux communautés politiques antiques. Les premiers auteurs chrétiens présentent la chose ainsi : « Ceux qui vivent selon la religion n’ont pas besoin que des magistrats les corrigent » (Jean Chrysostome -v.354-407). À la crainte qui régit les relations humaines dans la cité impériale s’opposait le libre choix dans la communauté des croyants, l’Eglise. Non qu’elle forme une communauté parfaite, mais le désordre s’il y survient, doit être corrigé sans violence, par la persuasion. Car l’Eglise est composée d’égaux, pensés comme libres et maîtres d’eux-mêmes et dont le gouvernement ne peut que s’appuyer sur la volonté. C’est le principe du libre arbitre, dont Pélage fut le principal promoteur (v.350-v.420). Cependant, avec St Augustin, qui s’est opposé aux disciples de Pélage, l’homme est aussi vu comme marqué du péché originel et donc portant en lui une corruption consubstantielle qui détruisit la liberté totale accordée par Dieu au premier homme, Adam : concupiscence et désirs sont une maladie de l’âme et une rébellion de la chair qui empêchent la volonté de s’exercer librement. Le chrétien n’a  donc d’autre choix que celui d’obéir strictement aux préceptes de Dieu, sa discipline. L’Etat a donc un rôle à jouer dans cette discipline des corps et des âmes en vue du salut et aucun chrétien ne peut vivre une vie autonome. C’est donc sur ces bases que l’institution ecclésiale a pu penser, en termes de violence nécessaire, les conditions d’un regimen chrétien. Il faut comprendre le regimen comme une modalité d’un gouvernement qui s’apparente à la gouvernance (le prince doit diriger, conduire sur la voie) et non comme la pratique simplement d’une domination.

J’en viens donc au Miroirs des princes.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.