Le travail en Europe occidentale – Mécanismes de l’industrialisation – Savoirs – Organisation – Genre

Cette fiche de lecture s’inscrit dans la nouvelle politique éditoriale de Clio prépas.

Le traitement des manuels ne peut se limiter à un résumé de quelques pages, pas plus qu’à celui d’un ou deux chapitres. Se limiter à la lecture d’ouvrages de circonstance, aussi complets soient-ils, ne peut suffire. Le mécanisme du travail collaboratif mis en œuvre par les Clionautes s’inscrit dans la recherche d’un certain niveau d’exigence.

Il semble inconcevable que des candidats puissent se limiter à la lecture « du » manuel sur la question, et même qu’ils se contentent d’en lire des résumés.

Pour autant, une fiche de lecture doit s’inscrire, s’il s’agit de l’un de ces ouvrages dans une démarche spécifique.

  • Être exhaustive, sur un des thèmes de la question, ce qui exclut les chapitres uniques.
  • S’inscrire dans une démarche problématisée, et donc opérationnelle pour construire un savoir, et par voie de conséquence, le traitement d’un sujet du concours.

Travail – Les mécanismes de l’industrialisation européenne : formes, enjeux et débats

– Europe de l’Ouest : passage de l’ « âge du commerce » à celui de l’usine (voir François, Lemercier, 2021).

– Il n’existe aucune théorie générale unifiée de l’industrialisation malgré trois siècles de réflexion – frustrant pour les économistes. Il existe une grande diversité de situations et de modèles historiques.

Définition des termes : industrie et industrialisation

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.

THÈMES

Les mécanismes de l’industrialisation européenne : formes, enjeux et débats
“Révolution industrielle”, industrie et industrialisation : les mots et la chose 196
Mesurer les croissances industrielles 199
Progrès technique, innovations et rationalisations 203
L’essor de la grande entreprise en Europe 206
Un maillon retrouvé ? La proto-industrie et ses enjeux 209
Crises, conjonctures et désindustrialisation 212
L’élargissement des marchés, l’État et les consommations 214

Les savoirs du travail. Observer, penser et changer le travail
L’héritage du XVIIIe siècle : les Encyclopédistes, Coulomb et Lavoisier 220
Machinerie et machinisme industriels (1830-1860) 222
La technologie 222
Les enquêtes sociales 224
Le triomphe éphémère de l’énergétisme (1860-1910) 227
La question énergétique 227
La fatigue, une première synthèse 230
Salariat, organisation et sciences du travail (1910-1939) 233
La rationalisation physiologique, technique et économique 233
La sélection des aptitudes comme nouvelle synthèse 238

Commander et gérer le travail ? Patrons, ingénieurs et logiques du paternalisme
Contrôler le travail et fixer la main d’œuvre 244
Théoriciens et penseurs du paternalisme 247
Diversité des pratiques : l’exemple des Blin en Normandie 249
Le patronat face à l’essor de l’État social 251
Contremaîtres, chefs d’ateliers et ingénieurs 252

Les corps ouvriers au risque du travail et de sa régulation
Les corps soumis de l’industrialisation 260
L’hygiénisme industriel et le système assurantiel 265
La santé au travail au temps du taylorisme 270

Le genre du travail
Penser, compter, définir : femmes actives, travail des femmes, genre 278
Historiographie : de l’ouvrière d’usine, nourrice ou domestique au genre des métiers 280
Des travaux de femmes aux métiers de femmes 281
Statut familial et cycles de vie 282
Formations différenciées femmes/hommes 283
Du genre aux masculinités 286
À travail égal, salaire égal : la concurrence femmes/hommes pour le travail 286
Le genre des métiers 288
Les masculinités ouvrières (hégémoniques, dominées, respectables) 289
Genre du travail et modification du récit historique : trois exemples 291
Quelle proto-industrialisation ? 292
La guerre de 1914-1918 292
Protection sociale et organisations syndicales 295

Les migrations de travail
Historiographie, définition et quantification 302
Périodes 305

Migrations saisonnières 306
Migrations de travail, urbanisation et industrialisation 308
Le genre des migrations de travail 312
Trois types de ville et leurs migrants 314
Migrations transnationales et régions 317
L’appel du Nouveau monde 320
1914-1939 : de nouveaux régimes migratoires 322

Travail/hors-travail : cultures ouvrières
Culture des métiers et genèse d’une singularité culturelle ouvrière 329
Recréer des formes de vie collective 329
Faire entendre les voix ouvrières 331
Entre exclusion et affirmation 333
La ville, le quartier et l’usine, socles de nouvelles identités culturelles 333
Une culture pour la classe ouvrière ? 335
Travail, culture et temps libre : les nouveaux enjeux du XXe siècle 338
Culture ouvrière et culture de masse 338
Organiser les loisirs des travailleurs : un enjeu politique 341

Résister, lutter et s’organiser sur le terrain économique
Les multiples registres de la conflictualité ouvrière 347
De la résistance individuelle à l’action collective 347
De la grève… 348
… à la révolution ? 351
Rompre l’isolement du travailleur : mutuelles, coopératives et syndicats 353
L’antériorité de la mutualité et de la coopération 353
Hors de France : l’organisation à l’échelle nationale d’un syndicalisme majoritairement réformiste 355
Le syndicalisme révolutionnaire : un phénomène international 358
Au-delà des frontières étatiques : le militantisme ouvrier entre internationalisme et circulations transnationales 360
L’expérience fondatrice de l’AIT 360
La reconfiguration de l’internationalisme et la multiplication des circulations transnationales de 1889 à 1914 362
Du choc de la guerre aux années 1930 : l’éclatement des mouvements ouvriers européens 365

Les formes de la mobilisation politique du travail. Socialisme, révolution et partis de masse
Vers l’expression politique des travailleurs (années 1830-années 1870) 368
Entre socialisme et radicalisme 368
1848 371
La mobilisation des travailleurs, un enjeu politique 372
La naissance de partis de masse (années 1870-1914) 375
La fondation de partis nationaux 375
Un monde commun ? 378
Catholiques et conservateurs 380
Mobilisation politique et résurgence révolutionnaire (1914-années 1930) 381
Les partis ouvriers en guerre 381
Les partis ouvriers divisés : la naissance des partis communistes 383
Les partis ouvriers dans l’entre-deux-guerres : entre démocratie parlementaire et régime autoritaire 385

Naissance et développement des États sociaux et du droit du travail
La question sociale à l’ère libérale (1830-1880) 390
Les tribunaux et la régulation des rapports de travail 390
Les femmes et les enfants d’abord : les premiers pas de la protection légale des travailleurs 391
La promotion de la prévoyance libre 394
L’émergence des États sociaux des années 1880 à la veille de la Grande Guerre 396
Débats, échanges et circulations : les nébuleuses réformatrices 396
La protection contre les risques et l’émergence des assurances sociales 399
Grèves, syndicats, négociation : l’émergence d’un droit collectif du travail 405
Les politiques sociales, entre guerres et crises 409
Politique de main d’œuvre et gestion de la conflictualité en temps de guerre 409
L’héritage de la guerre : négociation collective et réduction du temps de travail 413
Naissance de l’OIT : internationalisation de la législation sociale et élaboration d’un droit international 415
Crise et politiques sociales 416

Travail et travailleurs en littérature et dans les arts
Le travail en littérature, chance de l’ouvrier 420
Politisation française de la littérature sociale 423
L’Europe industrielle face au travail 428
Arts plastiques : le travail ou les travailleurs ? 431
De nouvelles formes artistiques ?
Chanson, photographie et cinéma 434

OUTILS

Métiers
Employés et ouvriers des chemins de fer 441
Des chemineaux occupés sur les chantiers de construction 442
Des métiers qualifiés nouveaux 443
Des emplois protégés, mais aussi un travail stimulé 444
Des carrières garanties, à court et long terme 445
Syndicalisme contre paternalisme 446
Les spécificités de l’entreprise ferroviaire, entre salariat et fonctionnariat 446
Mineurs 447
“Révolution charbonnière” et formation du groupe des mineurs 448
La très lente industrialisation du travail au fond 449
Les “gueules noires”, icônes du prolétariat 451
Les ouvriers du fer 453
Le travail sidérurgique pendant la première industrialisation 453
Métiers et procédés sidérurgiques des années 1850 jusqu’à la Première Guerre mondiale 455
Le métier de sidérurgiste de la Grande Guerre jusqu’à la fin des années 1930 457
Les tisserands 459
Omniprésents tisserands 460
Mutation des métiers à tisser 461
Modes de vie, crises et paupérisation 462
Résister et s’organiser 465
Les dockers 466
Foules portuaires 466
La manutention portuaire, une activité intermittente sous contraintes 467
La grande époque du “travail libre” 468
Des hommes à part ? 469
Une identité professionnelle forgée dans les luttes 470
Les ouvriers du livre 472
Main d’œuvre et croissance des effectifs 472
Machines et mutations du travail 473
Vers les “usines à livres” 475
Une “aristocratie ouvrière” 476
Organisations et luttes 476
Infirmières : des métiers en construction 478
Hôpitaux européens à l’époque contemporaine 478
“From servant to nurses” 479
Les écoles 480
Un métier de femmes ? 481
Réalité du travail et circulation de savoir-faire 482
Cordonniers et ouvriers de la chaussure 483
Le “petit cordonnier” ou l’idéal de “l’indépendance” et du “sur-mesure” 484
Division du travail et flexibilité 486
Organisation spatiale de la production et du marché du travail 488
Mécanisation de la production et travail à la chaîne 489
Régulations et luttes 490
Les couturières 491
Le métier féminin par excellence 491
Une histoire de prolétarisation ? 493
Objets et sujets de luttes sociales 496
L’atelier comme lieu de rencontre entre classes 497
Ouvriers et salariés agricoles 497
Des ouvriers agricoles aux statuts multiples 498
Travaux harassants, salaires de misère et précarité 499
Manque de bras, concurrence et migrations 501
Revendications, syndicalisation et politisation des ouvriers agricoles 501