Un ouvrage à connaître soit pour l’écrit comme pour l’oral car il renouvelle la question sur la représentation de l’autre et de son espace au Moyen Âge et sur l’importance des échanges culturels entre les populations des pays Latins et ceux des pays d’Islam.

Jean-Charles Ducène, L’Europe et les géographes arabes du Moyen Age (IXe-XVe siècle). « La grande terre » et ses peuples. Conceptualisation d’un espace ethnique et politique, Paris, CNRS, 2018, 500 p., ISBN : 978-2-271-08209-1.

Jean-Charles Ducène est maître de conférences à l’université de Bruxelles et de Nancy 2 et a participé à plusieurs publications de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes sur l’Histoire des peuples arabes et musulmans.

Dans cet ouvrage, J-C Ducène apporte sa contribution à l’étude de la construction graduelle de l’image de l’Europe dans les sources géographiques arabes entre le IXe et le XVe siècle. L’auteur a retravaillé un corpus de sources impressionnant afin de comprendre comment les géographes arabes percevaient « la Grande terre » et nous montre comment a évolué cette représentation.

Même si ce livre ne traite pas de la problématique des minorités en Méditerranée, et qu’il embrasse une période très large (VIIe – XVe), il apporte des précisions quant à la place de l’Europe en tant qu’entité terrestre autour de la Méditerranée et également quant à la place de Rome et de Byzance chez les géographes et élites arabes musulmanes. Parfois très descriptif car J-C Ducène s’appuie sur un corpus de sources impressionnant (récits de voyages et des ouvrages géographiques), notamment dans les chapitres sur Rome et Constantinople, cet ouvrage propose une interaction entre les vision politique et religieuse des mondes musulmans et chrétiens.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.