Louis XIV : La gloire et les épreuves. Episode 2 (Suite)

Sœur Louise de la Miséricorde

Louise de La Vallière revêt l’habit le 2 juin, deux mois après son entrée au couvent. Un an plus tard, le 4 juin 1675, elle reçoit le voile. Elle choisit le nom de Louise de la Miséricorde. À sa mort le 6 juin 1710, on la considère comme une sainte. 

LA GOUVERNANTE 

Le roi très chrétien n’a point perdu sa foi, mais il a bien du mal à concilier ses devoirs de chrétiens avec l’univers tourmenté de ses passions. En 1675, Bossuet parvient à l’éloigner de Madame de Montespan pendant près d’une année… Mais tout recommence ou plutôt tout s’aggrave…

Le démon de la quarantaine

À partir de 1676 Louis, qui approche de la quarantaine, semble saisi d’une frénésie sensuelle qui lui fait multiplier les aventures et les écarts :  paysannes, filles de jardiniers, femmes de chambre, dames de qualité, Pourvu qu’elles fissent seulement semblant d’être amoureuse de lui. Les pères, les maris n’ont aucune retenue à livrer leur fille ou leur épouse, hormis bien sûr, Monsieur de Montespan, cocu magnifique, qui porte haut ses bois et crie son infortune, sous les risées de tous. La maîtresse en titre doit lutter pied à pied pour écarter ses rivales ou qui menacent de l’être, allant jusqu’à faire courir de fausses rumeurs sur ses concurrentes.

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.