Dans le cadre de la formation à la culture d’histoire militaire, les Clionautes organisent, avec le Mémorial du débarquement et de la libération de Provence du Mont Faron, à Toulon, des conférences dédiées à l’histoire militaire. Après celles sur la Guerre d’Indochine et Dien Bien Phu, voici une opération méconnue du Front de l’Est et pourtant, à bien des égards, décisive et très instructive sur l’Art Opératif soviétique.

« A l’été 1944, au cours de l’opération Bagration, l’Armée rouge détruit le Groupe d’armées Centre allemand, celui-là même qui s’était approché à 30 km de Moscou deux ans et demi auparavant. Avec 28 divisions détruites, le Reich encaisse sa pire défaite, qui est aussi la plus lourde de toute l’histoire militaire allemande. Le plan de l’opération Bagration est diaboliquement habile et recèle bien des surprises, stratégiques et tactiques, dont une au moins est mise ici au jour pour la première fois. Les conséquences politiques de l’opération ont été gigantesques. L’attentat contre Hitler, l’insurrection de Varsovie lui sont directement liés. Cet ouvrage analyse en détail le lien qu’entretiennent Bagration et Overlord, le débarquement en Normandie. Il montre comment l’une est la condition du succès de l’autre et comment leur concomitance lance le premier vrai combat de la Guerre froide. »