Cet article a pour but de proposer quelques pistes méthodologiques sur l’organisation annuelle du travail pour les candidats aux concours de l’Education Nationale, notamment celui de l’agrégation interne d’Histoire-Géographie. Il va de soi que chacun y puisera selon son intérêt et sa personnalité, et qu’il n’existe pas de recette miracle pour réussir. Néanmoins l’organisation semble être un élément de succès.

Commencer sa préparation au concours.

Cet article a pour but de proposer quelques pistes méthodologiques pour les candidats aux concours de l’Éducation Nationale, notamment ceux qui préparent l’agrégation interne d’Histoire-Géographie. Il va de soi que chacun y puisera selon son intérêt et sa personnalité, et qu’il n’existe pas de recette miracle pour réussir. Néanmoins l’organisation semble être un élément de succès.

Pour commencer, une préparation efficace se planifie sur une année. Elle prend en compte à la fois les écrits (qui arrivent fin janvier), et les oraux (qui arrivent fin avril, début mai). Le travail de ces deux épreuves distinctes (écrit et oral) doit se faire dans la mesure du possible en parallèle.

Il semble aussi utile de rappeler aux candidats que l’agrégation, comme tous les concours, est à portée de la personne qui travaille. Il faut donc y croire et se présenter pour réussir. N’oubliez pas que c’est un recrutement, que des postes sont à pourvoir, et qu’ils seront pourvus. Donc pourquoi pas vous ? Il semble aussi nécessaire de rappeler que c’est un concours national où tous les candidat(e)s ont les mêmes chances, quel que soit le lieu où ils exercent (ville, campagne, métropole, outre-mer…) De ce fait, les correcteurs partent du principe que ce n’est pas l’accès à telle ou telle ressource qui doit différencier les candidats, mais la manière dont ils organisent leurs connaissances, et parviennent à argumenter pour défendre des problématiques en lien avec les enjeux scientifiques actuels. Ceci a son importance.

La structure des épreuves a été rappelée par Annie de Nicola, dans un article précédent, nous n’y reviendrons pas ici. Elle est à connaître, et la troisième épreuve nécessite à la fois un entraînement, de la méthode, et une bonne maîtrise des programmes scolaires, ainsi qu’une bonne maîtrise des enjeux scientifiques qui doivent l’un et l’autre s’articuler dans la transposition didactique. A ce sujet, une note a été transmise aux formateurs, vous la retrouverez sur le groupe. (https://www.facebook.com/groups/1588756334762009/permalink/1646896575614651/)
Vous consulterez aussi à ce sujet, pour la méthodologie le blog de Nathalie Bouscarat. (https://menrvablog.wordpress.com/2016/04/25/ecrits-epreuve-3-gerer-son-brouillon/)
Pour le reste de la méthodologie, vous pouvez consulter les liens référencés dans l’article d’Annie De Nicola. Nous vous proposerons également un petit vademecum dans les semaines à venir.

1. La maîtrise d’un manuel de base :

Concernant les ressources dont vous aurez besoin, il faudrait commencer par un bon manuel, et le maîtriser. La collection Atlande a fait ses preuves pour l’Histoire. Ceci étant, chacun sera libre de choisir celui avec lequel il est à l’aise, le tout étant de maîtriser et de connaître ce manuel par cœur pour le jour des écrits. Libre à vous de le ficher, ou de le surligner, tant que le manuel est connu par cœur (chronologie, lieux/espaces, notions, acteurs, historiographie, bibliographie).

2. La maîtrise de la bibliographie.

On ne pourra que recommander la fréquentation régulière d’une bibliothèque universitaire pour au moins voir, et à avoir en main, les principales références bibliographiques sur le sujet. Si cela n’est pas possible, Internet est votre ami. En effet, le web offre une mine de ressources en ligne, pour les plus anciennes gratuites, souvent payantes pour les plus récentes (mais cette dépense est nécessaire, elle fait partie de vos mises à jour). Ainsi, la recherche par auteur sur les portails Cairn, Persée, Hypotheses, Revues.org (la liste n’est pas exhaustive)vous donnera accès (moyennant une connection internet) aux articles, et aux problématiques les plus récentes sur vos sujets. Il faut donc connaître les auteurs ayant écrit sur le sujet, et leurs positionnements historiographiques ou épistémologiques. Une fiche pour chaque auteur, ainsi qu’un exemplier semblent nécessaire et vous permettront d’apporter des exemples originaux sortant des manuels de base.

3. Se tenir au courant de l’actualité (scientifique notamment).

L’année de concours est exigeante, et votre vie sociale sera sans doute mise entre parenthèse, mais ce n’est pas une raison pour se déconnecter de la réalité. Regardez ce qui se passe autour de vous. Soyez surtout attentifs aux nouvelles publications, mettez en place des outils de veille grâce au web (et le groupe bien sûr est là pour ça). Flânez dans les librairies, observez les colloques et les séminaires qui se déroulent, parfois près de chez vous, n’hésitez pas à les fréquenter si cela est possible. Bref, restez au courant de ce qui se fait à l’Université, cela est essentiel pour les écrits, et les oraux.

  • Important : les sites à surveiller :
    Un condensé et une mise en ordre de ce qui a déjà été fait sur le groupe agrégation interne d’histoire-géographie (Les Clionautes) avec Pearltrees, par Annie de Nicola, que nous remercions au passage pour les efforts et le temps passé à cette mise en ordre :
    http://www.pearltrees.com/anniepilou/les-clionautes/id17554853
    Ensuite :
    Notre groupe agrégation interne (posologie quotidienne) : https://www.facebook.com/groups/1588756334762009/

  • La Cliothèque, les Clionautes (posologie quotidienne) : https://clio-cr.clionautes.org/ et https://www.clionautes.org/
  • France Culture (posologie quotidienne) : https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire ainsi que les autres émissions telles que « La Grande Table », « La Fabrique de l’Histoire scolaire », « Concordance des temps », « Les enjeux internationaux », « Les pieds sur Terre », « Cultures monde », « La Fabrique de la Guerre Froide », « La suite dans les idées » « Les conférences de France Culture »….
  • Mais aussi des chaines Youtube auxquelles il convient de s’abonner pour bénéficier des mises en ligne le plus rapidement possible :
  • Clionautes : https://www.youtube.com/channel/UC426eDgg9wXOqVvTT54DxYA
  • APHG : https://www.youtube.com/channel/UCPJB1zMDShQeEvP6yLHy-Kg
  • IREMMO : https://www.youtube.com/channel/UCIO0R7N49K14bBvWIEXPYFg
  • Ecole Nationale des Chartes : https://www.youtube.com/channel/UCLq9OzDa0HBnj_sNyEkdZJg
    La liste n’est pas exhaustive, et vos commentaires pour la compléter seront les bienvenus.

– En géographie, on pourra aussi poser une alerte sur quelques sites de qualité, essentiels et stimulants :

  • Métropolitiques.eu : http://www.metropolitiques.eu/
  • Espacetemps.net : http://www.espacestemps.net/
  • L’Information Géographique : https://www.cairn.info/revue-l-information-geographique.htm
  • Hérodote, revue de géopolitique : https://www.cairn.info/revue-herodote.htm
  • FIG de Saint Dié : http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr/
  • Festival de Géopolitique de Grenoble : https://www.festivalgeopolitique.com/
  • Visioncarto : https://visionscarto.net/
  • Géoconfluences : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/programmes/concours/ressources-concours-2018
  • Hypergéo : http://www.hypergeo.eu/

– En Histoire, la fréquentation des revues disponibles sur le portail Cairn est essentielle, et elles sont nombreuses. De ce fait, la liste proposée ci-dessous n’a qu’une valeur indicative, et pourra être complétée selon vos goûts, et selon vos choix. Néanmoins,

  • Annales HSS : http://www.persee.fr/collection/ahess et https://www.cairn.info/revue-annales.htm
  • Orient XXI : http://orientxxi.info/magazine/
  • Sur le portail Cairn, 73 revues sont recensées en Histoire : https://www.cairn.info/listerev.php?editeur=&discipline=3
  • Le site du CNRS est aussi à surveiller : http://www.cnrseditions.fr/200-Histoire
  • Le Collège de France et ses conférences en ligne vous seront également précieux : https://www.college-de-france.fr/site/college/index.htm

– Il existe aussi sur le net des groupes de préparation académiques, dont la liste ici n’est pas exhaustive, et dont les principaux ont déjà été recensés par Annie De Nicola :

  • Rozen Le Guennec : http://concours.histegeo.org/index.html
  • Toulouse : https://iris.univ-tlse2.fr/moodle-ent/course/view.php?id=6093

4. Travailler en groupe :

La constitution de petits groupes de travail est nécessaire pour absorber et synthétiser la masse de connaissances nécessaire pour les écrits et les oraux. Vous pouvez partager vos exemples. Si cela intéresse nos membres, nous pourrons mettre en place une Dropbox avec accès réservé, ou un emplacement sur le site des Clionautes. Pour le reste, le réseau Facebook fonctionnant de manière horizontale, rien ne vous empêche de trouver vos camarades de travail dans le groupe. N’oubliez pas que le partage est la clé du succès. Surtout, discutez ce que vous lisez, écoutez vous les uns et les autres pour voir si vous comprenez de la même manière toutes les informations que vous lisez. Débattez, critiquez, et restez ouverts à la critique, car c’est à ce prix, celui d’une réformation, que le moule du concours s’ouvrira à vous.

5. Comment travailler et organiser son année ?

En la matière, ce seront vos emplois du temps fixés par vos vies respectives qui fixeront le cadre. Il faut simplement garder à l’esprit que les oraux se préparent dés le début, et il serait bon d’y consacrer au moins 25% du temps de travail jusqu’aux écrits, pour passer ensuite sur du 100%.
Pensez à travailler régulièrement car la mémorisation et l’appropriation des connaissances sont à ce prix. Ménagez vous aussi des temps de pause afin que le cerveau ait le temps d’assimiler les connaissances, de les réorganiser, les ré-agencer en fonction des problématiques et des sujets que vous lui demanderez de traiter à la rentrée. Idéalement, une journée par semaine consacrée à votre vie sociale et familiale semble nécessaire, mais chacun verra en fonction de sa situation.
Pour être efficace et dans le rythme, le fichage des manuels de base devrait être effectué d’ici à fin septembre (ce qui vous laisse 5 mois). Passé ce délai, viendra le temps (si vous ne l’avez pas déjà fait en parallèle) d’approfondir ces connaissances des manuels, avec des exemples plus précis. La période d’octobre à décembre sera alors celle de l’appropriation des bibliographies, et de leurs maîtrises.
Les sujets peuvent être travaillés au fur et à mesure, mais il est tout de même préférable de commencer par maîtriser la question et ses enjeux avant de se lancer, de manière à ne rien oublier.
La préparation des oraux doit se faire dès maintenant en préparant vos cours. C’est un travail de longue haleine, mais qui sera payant en fin de parcours. N’hésitez pas à publier vos préparations sur le site des Clionautes, et dans le groupe. Ce travail ne peut qu’être bénéfique, pour vous et pour la communauté.

Pour conclure, n’oubliez pas que le concours est une épreuve de longue haleine (12 mois). C’est donc un marathon, et l’essentiel est d’aller jusqu’au bout, en conservant moral et confiance. Ne vous découragez pas face aux difficultés. Si cela arrive (et statistiquement cela arrive), respirez, reposez vous un peu et repartez de plus belle. Après les écrits, continuez à travailler les oraux quoi qu’il arrive car le jeu des coefficients fait la part belle à l’oral. Il faut donc y consacrer du temps.

Bon courage à toutes, et à tous. Que l’esprit et la force de l’Education Nationale soient avec vous !

A l’œuvre !