Vasquez-Parra Adeline – « Les empires français et anglais du XVIIIe siècle face aux Acadiens »

 

Revue historique, 2018/1 (n° 685), p. 59-98.

 

Résumé :

 

« Dans de nombreux ouvrages historiques, les Acadiens, descendants de colons français catholiques ayant peuplé l’ancienne colonie française d’Acadie, ont été expropriés puis déportés par leurs nouveaux administrateurs britanniques à cause de leur religion et de leur prétendue allégeance au Roi de France. Cependant, comment les Britanniques percevaient-ils ce peuple nouvellement colonisé et comment les Français ont-ils réagi à leur déportation ? Au cours de la période suivant leur déportation par les Britanniques en 1755, les Acadiens ont été recensés dans des actes de lois, des décrets mais aussi des articles de presse et des correspondances privées telles que celle du gouverneur de la colonie du Massachusetts Francis Bernard. Le rassemblement de ces traces révèle aujourd’hui les diverses perceptions politiques et sociales utilisées dans les sociétés du pourtour atlantique. Ainsi, qu’entendent les administrateurs à travers l’utilisation d’expressions telles que « Acadiens » ou « Français Neutres » ? Ces désignations nous éclairent aussi sur les attentes des administrateurs européens envers un peuple administré une première fois par les Français puis déporté par les Britanniques. Étaient-ils pour ces deux empires des prisonniers de guerre à confiner, une main-d’œuvre immigrée ou de nouveaux sujets de droit ? Cet article répond à ces questions, dévoilant les perceptions des différentes administrations britanniques et françaises à l’égard des déportés acadiens au milieu du XVIIIe siècle. »

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.