« Fly me to the Moon », Pink Floyd à la conquête de l’Amérique

Avec la sortie de l’album « The Dark Side of the Moon » en mars 1973 aux EU, les Pink Floyd avec ce 8éme album conquièrent l’Amérique. Les Pink Floyd sont un groupe de rock progressif britannique.

Rappel : le rock progressif tire son origine du rock psychédélique, morceaux écrits sous l’emprise de drogues, avec des solos instrumentaux, des musiques répétitives. Dans le rock progressif on utilise des techniques musicales qui s’approchent du jazz et de la musique classique. Expérimentations harmoniques, instrumentales. Les claviers et synthétiseurs ont un rôle fondamental. Ajout d’instruments qui d’habitude ne se trouvent pas dans la musique rock : violon, saxophone, flûte traversière…

Depuis le début des années 1960 l’histoire du rock est une sorte d’aller-retour permanent entre l’ancien et le nouveau monde, c’est un échange constant d’influences. Conquérir l’Amérique reste pour tout groupe anglais un objectif majeur.

Gros travail sur l’album Dark Side, de la pochette, à la production en passant par la grande qualité des arrangements. Alan Parsons est l’ingénieur du son.

La pochette répond aux demandes du groupe qui voulait du graphisme. Le prisme représente l’éclairage scénique du groupe.

Il est souvent considéré comme l’album le plus abouti du groupe. Il aborde des thèmes universels, comme l’argent (Money, « partage le tien mais touche pas à mon pactole »), le travail, la vieillesse, la folie (en référence à l’état psychique de Barrett chanteur et guitariste du groupe qui se détériore),  la guerre, la mort, le temps (avec Time, « le temps est passé, la chanson est terminée »). Chaque chanson reflète différentes étapes de la vie humaine.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.