Objectif du chapitre : présenter un panorama de cultes désignés sous la qualification « dits orientaux » (visibilité publique et topographique dans les lieux de culte, à ne pas ranger dans la catégorie public ou privée) à travers l’examen du caractère opératoire, leur insertion dans les vies religieuses des collectivités romaines occidentales et les facteurs de leur bonne insertion.

Approche historiographique qui a été différente au fil des années :

1) expression « religion » canonisée par Franz Cumont (Les religions orientales dans le paganisme romain – 1906)

2) « religion » remplacée par « culte » par Robert Turcan (Cultes orientaux – 1989)

Années 60-70 : tournant ritualiste montre que les cultes choisis ne sont pas issus de constructions religieuses différentes mais témoignent de dévotions adressées à des dieux autre dans une conception polythéiste.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.