Chapitre sur Les politiques culturelles dans les pays occidentaux de 1945 à 1991 (Etats-Unis, Royaume-Uni, RFA, France, Italie),  pages 341-380.

Objet : Il s’agit de déterminer les trajectoires en matière de politique culturelle empruntées par les différents pays de la question au programme de l’après-guerre à 1991. Cette fiche se veut une base de travail. Elle est synthétique et permet d’englober, dans une vision assez large, la place qu’a occupée la culture dans les pays occidentaux. Quelques exemples sont inclus. Toutes les officines officielles mises en place par les gouvernements (Ministères, secrétariats, bureaux) permettant d’organiser la vie culturelle des pays sont répertoriés en gras.

Synthèse : TOUS les pays occidentaux accordent une place à la culture et reconnaissent que celle-ci est un vecteur lien et d’émancipation sociale. Les EU et la GB, fidèles à leur tradition libérale, ont une politique culturelle assez axée sur l’intervention des acteurs locaux et du mécénat d’entreprise. L’Etat n’est pas totalement absent des débats en matière de politique culturelle. Mais il est moins perçu comme un « planificateur » et un financeur culturel que comme une instance officielle propre à labelliser des projets qui trouveront plus facilement des sources de financement grâce à son (petit) soutien économique. Il intervient néanmoins dans la construction d’édifices culturels prestigieux (opéras, ballets, musées nationaux).

La RFA voit les compétences en matière de politique culturelle quasi intégralement confiées aux Länder. Ce sont eux qui déterminent leurs orientations, leur budget, leur organisation. Le pouvoir fédéral n’est compétent qu’en matière de politique culturelle extérieure mais les länder conservent un droit de regard sur ses activités. Cela change au moment de la réunification ou l’Etat fédéral est plus présent.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.