Première partie:   POUVOIRS ET CONTESTATIONS DURANT LE COMMONWEALTH ET LE PROTECTORAT (1649-1660)

 

  1. LA COURTE EXPERIENCE DU COMMONWEALTH (1649-1653)

1.1 Un nouveau régime sous contrôle d’un « parlement croupion» conservateur

Le Commonwealth fut proclamé le 19 mai 1649. Le pouvoir exécutif était exercé par :

  • – Un Conseil d’État de 41 membres (34 parlementaires, 5 pairs et 2 juges, dont Cromwell et Fairfax étaient les seuls militaires) nommés par le Parlement et renouvelés chaque année. Avec pour président John Bradshaw, qui avait présidé le procès du roi, mais son action était sous le contrôle du Rump Parliament.
  • Le Parlement (Rump Parliament), où siégeaient des «conformistes» et des «révolutionnaires», n’avait pas d’ objectifs communs et n’avait que peu de volonté réformatrice. Le Rump  Parliament avait retrouvé une partie de ses députés d’avant la purge, attirés par la promesse de retrouver leurs prérogatives. Majoritairement conservateur et désireux de préserver l’ordre social traditionnel, le Parlement était le noyau d’une résistance multiforme à la pression de l’armée. En fait, le Rump était loin de subir la «dictature» de Cromwell, dont l’influence politique n’était pas exclusive.
  • Le Conseil d’État installé à Whitehall s’était fixé pour mission d’employer tous les moyens, notamment militaires, pour imposer son autorité et s’assurer de la fidélité de ses membres en leur imposant la signature d’un formulaire d’engagement d’adhésion au Parlement, c’est-à-dire à maintenir et défendre la liberté, les résolutions du nouveau gouvernement dans sa forme républicaine (sans roi, ni Chambre des Lords) et à garder le secret des débats etdes décisions politiques.
  • Les Clionautes multi-écran

    Vous souhaitez lire la suite ?

    Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

    Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

    La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.