Sujet travaillé : « S’affronter pour sa foi dans l’espace méditerranéen entre le XIe et le XVe siècle »

PLAN DÉTAILLÉ
Introduction
Accroche : « Le soldat qui tue l’ennemi, comme le juge et le bourreau qui exécutent un criminel, ne me paraissent pas pécher, parce que, ce faisant, ils obéissent à la loi » d’après Saint-Augustin dans De Libero Arbitrio. En 385, puisant son inspiration dans les écrits de Cicéron, Saint-Augustin affirme déjà que la justice peut se faire par les armes lorsqu’elle obéit à une autorité légitime : la loi divine. Thomas d’Aquin, au XIIIe siècle, au moment où la Chrétienté occidentale tend à se consolider, va réaffirmer ce principe dans Somme Théologique en légitimant les croisades orientées contre les musulmans et les hérétiques.

Définition des termes du sujet :
− s’affronter : implique un affrontement/confrontation physique (jihad, croisades, affrontements ponctuels comme les conversions, pogroms, expulsions) ou théologique reprenant la notion de « coproduction » héritée de David Nirenberg, c’est-à-dire d’une évolution théologique/dogmatique d’une religion au contact des autres. Ces affrontements peuvent avoir lieu à l’extérieur du territoire administré (croisades en Orient) ou à l’intérieur contre les minorités présentes ou les hérétiques. Des affrontements entre les minorités elles-mêmes ne doivent pas être écartés.
− Foi : provient du latin « fides ». Ici, les trois religions monothéistes sont concernées..

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.