Fiche réalisée d’après l’intervention de Nathalie Fau lors de la journée organisée par l’AGF le 23 janvier 2021.

Résumé – Si les frontières terrestres délimitent des souverainetés territoriales dans leur plénitude, les frontières maritimes ne séparent que des juridictions maritimes concernant des droits qui même s’ils sont souverains demeurent finalisés et limités. La projection de l’État en mer est incomplète du fait du maintien du principe de liberté des mers. La définition des frontières maritimes est particulièrement mobile, car le droit de la mer superpose deux conceptions de l’espace maritime : l’une maritime, où prévaut la liberté, indispensable à la navigation et au commerce, l’autre terrienne guidée par une volonté d’occuper, d’exploiter et de territorialiser les mers, depuis la surface jusqu’aux sous-sols. En Asie du Sud-Est, région à dominante maritime située entre deux Océans, Pacifique et Indien, la délimitation des frontières maritimes est confrontée tant à une maritimité spécifique qu’à un processus général de maritimisation des États côtiers.

 

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.