Nous avons ici sélectionné les passages de l’ouvrage en rapport avec la nouvelle question de moderne du CAPES 2018. Cette fiche à entrées permet de se rendre directement sur la notion qui intéresse le lecteur.

 

Repères :

Entre le XVIe et la fin du XVIIe siècle, l’Angleterre passe d’un pays pauvre à un pays plus prospère que ses voisins continentaux. L’orientation du pays vers sa « vocation maritime » et commerciale n’y est pas pour rien.

● Pas de barrière sociale infranchissable. La classe aristocratique est régulièrement renouvelée par le bas.

 

Chronologie :

1603 : Union des couronnes. Jacques VI Stuart, roi d’Écosse accède à la couronne d’Angleterre et unifie les deux pays.

1642-1646 : Première guerre civile anglaise (English Civil War ou Grande Rébellion) aboutissant à l’exécution de Charles Ier (Stuart) et le passage d’une monarchie à une république (Commonwealth d’Angleterre)

1648-1649 : Deuxième guerre civile

Révolution de 1688 : Très brève ; le 7 novembre Guillaume d’Orange débarque à Torbay pour défendre le protestantisme et le Parlement (« pro religione protestante, pro libero parlamento »). Le 25 décembre, Jacques II fuit en France. Le 23 février 1689, la question de succession du trône est réglée.

1707 : Signature des Actes d’Union (The Acts of Union) portant sur l’union de l’Écosse, de l’Angleterre et du Pays de Galle en Grande-Bretagne. Les Parlements d’Écosse et d’Angleterre disparaissent donc au profit du Parlement de Grande-Bretagne.

 

Grands personnages :

« Âge des Tudors » : De 1485 (Henri VII) à 1603 (Elizabeth Tudor Ier). Le règne de cette dernière est qualifié d’ère élisabéthaine (1558-1603).

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l’enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l’espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.