Certes, voilà un ouvrage ancien mais qui peut rendre service.

Table des matières

1-Naissance de la radio

2-Les débuts politiques de la radiodiffusion

3-La radio libérale et la politique

4-Les radios totalitaires

5-La guerre des radios

6-Les radios de l’après-guerre

7-La conquête des pays du Tiers monde par la radiodiffusion

8-Les débuts de la télévision

9-La télévision américaine

10-Les tentations de l’Europe occidentale

11-L’information en occident

12-La télévision des pays socialistes

 

Vu le programme du concours on ne retiendra que les chapitres 6 à 12.

Pierre Miquel, professeur à la Sorbonne et spécialiste d’histoire militaire, est l’auteur de nombreux romans, chroniques et essais.

L’ouvrage, bien dans son temps, est essentiellement factuel et propose des repères chronologiques utiles.

Les radios d’après-guerre

L’auteur rappelle ce qui a été traité dans les chapitres précédents, l’importance de la radio de propagande qui a conduit à un important effort d’équipement en émetteurs dans tous les grands pays, la radio devenant un instrument de pouvoir et de culture.

Mais, dans le contexte de la guerre froide, les radios américaines et soviétiques demeurent des outils de propagande bien après la fin de la seconde guerre.

1945-1955 Voice of América : 800heures/semaine d’émission en 38 langues! On notera le rôle de l’émetteur de Munich tourné vers l’Europe de l’Est. A partir de Mai 1949, émissions en russe 24h/24.

Cette radio du gouvernement américain est complétée par Radio Free Europe, une radio privée qui émet à partir de 5 stations, à destination des pays de l’Est.

L’important effort financier pour gagner la guerre des ondes face aux Soviétiques qui brouillent les ondes est visible : des émissions en langues étrangères 220h/semaine vers l’Europe, <200h vers le Proche-Orient, 180 vers l’Asie, 80h vers l’Amérique du Nord et du Sud et 30h vers l’Afrique.

La radio soviétique : elle passe beaucoup par les hauts-parleurs (80 % des postes en usage en 1947), faute d’équipement des particuliers. A partir de 1955, les stations de brouillage sont démontées et parallèlement le nombre d’heures d’émissions augmente ainsi que leur diversité. Le nombre de postes de radio ordinaires augmente. La radio de propagande cède la place à une radio d’influence culturelle.

Essor de la radio chinoise : Après la victoire de Mao, on assiste à une multiplication du nombre d’émetteurs, mais faute d’équipement dans les provinces et au sein des familles, les informations sont diffusées localement sur des feuillets polycopiés et par haut-parleurs (en 1955, 10 000 stations de réceptions dans les coopératives agricoles).

En 1963, 95 % des villages sont reliés à la radio : entre 6 et 8 h le matin et 18 et 22h le soir pour des émissions politiques, éducatives et de vulgarisation technique.

Radio Pekin est une radio de propagande et se livre à une guerre des ondes avec Formose ; elle émet vers l’Asie, l’Inde et l’Afrique, en anglais ou en langue locale.

Évolution de la BBC

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.